Le Droit Naturel pour les socialistes - I -

La philosophie libérale repose sur trois facettes d'une même notion qui est très mal comprise du public et de notre classe politique. Il s'agit du Droit Naturel, de la Nature Humaine et des Droits de l'Homme. Nous n'avons pas vocation à éduquer la classe politique actuelle qui est manifestement irrécupérable, mais il est dommage que le public ne puisse avoir accès aux bases de la philosophie libérale qui découle directement de celle des lumières. Nous donnerons donc ici une description, la plus simple et la plus claire possible du droit naturel moderne puis nous nous interrogerons sur les raisons de sa désaffection, notamment dans les rangs de la gauche socialiste.

Lire la suite

Collage d'affiches et ordre spontané

Évidemment, quand on tombe là-dessus on se pose des questions :



Nous sommes à quelques heures du scrutin, la bataille du collage fait rage sur les "panneaux d'affichage libre.", le ton monte entre les deux candidats et leurs états-majors de campagne,
Et pourtant, l'une des deux équipes de collage a épargné l'autre. Nous l'avons d'ailleurs constaté sur plusieurs panneaux aux alentours.
Ça veut dire quoi ?

Lire la suite

Propriété intellectuelle et téléchargement

Dans sa préface  au "Plaidoyer pour la propriété intellectuelle" de Lysander Spooner, Alain Laurent commet quelques raccourcis assez étonnants et une confusion systématique entre droit d'auteur, droits de l'auteur, droits de propriété intellectuelle et copyright.
Le ton est donné dès les premières lignes de cette préface qui affirme : "l’air du temps est à la stigmatisation du droit de propriété intellectuelle et, dans la foulée, du droit d’auteur – ou du «copyright» dans sa version anglo-saxonne. "

Alain Laurent évoque tout au long de sa préface les revendications des internautes à ne pas être poursuivi par l'industrie du disque, du cinéma, de l'édition ou par l'État pour avoir téléchargé un morceau de musique, un film, ou une œuvre littéraire et il les assimile à une négation des droits de propriété intellectuelle à caractère collectiviste.

Première erreur, personne, en téléchargeant une œuvre, ne prétend contester ou s'attribuer la propriété intellectuelle de son auteur. Quand on télécharge un morceau de musique ou un film on ne prive personne de sa propriété intellectuelle.
Le téléchargement ou le "photocopillage"n'est donc absolument pas une contestation des droits de propriété intellectuelle et encore moins des droits moraux de l'auteur qui, eux, sont par définition incessibles et intransmissibles.

Lire la suite

Remplacer la justice sociale par la justesse sociale


La "justice sociale" c'est l'idée que les hommes de l'Etat doivent réparer des "injustices" qui naissent spontanément dans la société. Initialement employée par la gauche socialiste, la formule a été largement reprise puis adoptée par la droite néo-gaulliste. Ce mantra dirigiste suggère que la réglementation étatique est plus juste que la régulation qui naît de l'offre, de la demande et de la concurrence.
Les étatistes pourraient, de façon plus neutre, utiliser les termes d'ingénierie sociale ou même de redistribution sociale pour décrire leur action mais ils préfèrent se présenter comme des "justiciers" redresseurs de tort. On comprend bien l'intérêt qu'ils en retirent.
Le mot justice suppose qu'il y a des victimes et des coupables dans la société. Le concept de "justice sociale" implique donc que les hauts revenus et la réussite sont une forme de criminalité. Autrement dit si les services ou les produits que vous proposez deviennent très appréciés du public, vous serez poursuivi par les "justiciers sociaux".
Inutile de s'appesantir sur cette expression ; sauf à adhérer à la vieille théorie de la survaleur marxiste, la "justice sociale" est une véritable horreur idéologique.

Et pourtant, l'idée qu'il faut définitivement abandonner le concept de "justice sociale" suscite incompréhension et réticence jusque dans le camp des libéraux.

Lire la suite

Banquiers, grands patrons, sportifs, artistes : est-ce qu'ils le valent bien ?

L'indignation vertueuse et citoyenne de la classe politique sur les hauts revenus obéit à des codes de communication précis. Dans la propagande dirigiste, ces attaques servent à conforter l'image d'un État vertueux, luttant vaillamment contre les puissances de l'argent, forcément immorales et mondialisées.

Cette posture adoptée par l'ensemble de la classe politique empêche de répondre à la question de fond : peut-il exister de grandes fortunes ou de très hauts revenus acceptables, c'est-à-dire justes, ou en termes plus philosophiques conformes au droit naturel ?

Lire la suite

Indemniser les chômeurs est-il équitable ?

Nicolas Sarkozy persiste dans son idée d'obliger les salariés ayant perdu leur emploi à suivre des formations, puis à accepter le premier emploi correspondant.

Après le service minimum dans les entreprises publiques, cette nouvelle forme de travail obligatoire ne semble pas poser de problèmes éthiques à notre président. La gauche quand à elle, s'indigne surtout du soupçon de fraude que cette mesure fait peser sur les chômeurs indemnisés et sur les nouvelles contraintes que subiront les demandeurs d'emploi.

Mais l'indemnisation des chômeurs est-elle vraiment équitable ?

Cette question peut paraître saugrenue ou provocatrice, tant l’État providence nous a appris qu'il était indispensable. Et pourtant ! la société dans laquelle nous vivons, incroyablement dirigiste et étatiste, fait intervenir tellement de mécanismes correcteurs et pseudo redistributeurs qu'il est facile de perdre ses repères et de confondre le mal et ses supposés remèdes.

Lire la suite

Bastiat 2012

Frédéric Bastiat 2012 est une opération de communication moins anodine qu'il n'y parait. Elle permet de mobiliser des libéraux assez différents ce qui est déjà une performance en soi. Elle ne s'oppose pas aux initiatives du PLD et d'Alternative Libérale qui ont choisi la voie de l'alliance avec des  […]

Lire la suite

La polémique Christian Vanneste - résumé

Les propos de Christian Vanneste sur la déportation des homosexuels et les nombreux commentaires qu'ils suscitent doivent nous rappeler quelques principes de deep philosophie : 1) Ce n'est pas parce qu'un con dit qu'il pleut qu'il fait beau. 2) Dire qu'il fait beau parce qu'un con dit qu'il pleut  […]

Lire la suite

Le triomphe de la cupidité - décryptage de Joseph Stiglitz

"Le triomphe de la cupidité" est la traduction française de Freefall - America, Free Markets, and the Sinking of the World Economy paru en janvier 2010 aux États Unis. L'ouvrage traite de la crise de 2008, dite des "subprimes", de ce qui l'a précédé, de ses conséquences, et enfin des moyens d'y remédier à court et à long terme.
L'auteur, prix Nobel d'économie, appartient à l'école néo-keynesienne. Il défend l'interventionnisme étatique. Selon lui, l’État et les réglementations en place n'ont rien à voir dans la crise de 2008. Il donne également des conseils pour éviter les crises futures qui tiennent en trois mots : plus de réglementation.

Lire la suite

Irrationalité individuelle et justesse des marchés

L'une des critiques courantes portée à l'encontre de l'auto régulation des marchés libres tient à la rationalité supposée de leurs acteurs. Lorsque les économistes libéraux affirment que le marché fixe le juste prix ou le juste salaire et qu'il fonctionne tout seul dans l'intérêt de tous, cela voudrait dire que l'homo œconomicus sous tendu par ce modèle raisonne correctement, qu'il est en quelque sorte infaillible. Les contempteurs de l'ordre spontané utilisent ce prérequis supposé pour condamner la théorie dans son ensemble. Ils rappellent que les individus ne sont ni rationnels ni bien informés, et en déduisent que la science économique libérale ne tient pas debout puisqu'elle utilise un modèle où les raisonnements des individus et l'information dont ils disposent doivent être parfaits. Ils accompagnent généralement cette démonstration d'un couplet sur l'inhumanité de ce personnage "calculateur, rationnel, égoïste et intéressé" qui ne fait "aucune place [...] à la sensibilité humaine, au civisme, à l'altruisme" 1 censé être à la base du modèle libéral mais qui, selon eux, ne fait que trahir la froideur et l'irréalisme de ses défenseurs.

En fait il n'est pas du tout nécessaire que chaque individu pris isolément soit rationnel et bon calculateur pour que le "marché" donne le bon prix, le bon salaire ou, comme nous allons l'illustrer dans notre exemple, le bon chemin.

Lire la suite

Mariage homosexuel, la gauche aveuglée par l'État

Il est intéressant de voir avec quelle passion la gauche socialiste défend le mariage homosexuel. Car tout de même, pincez moi si je rêve, mais quand on défend le mariage gay on défend le mariage non ?
Alors où est passé le "peuple de gauche", libéré, libertaire, celui qui dénonçait les conventions petites-bourgeoises et qui voulait se libérer de tous les carcans imposés par la société, les coutumes, l'histoire  ? 
Eh bien il a tout simplement disparu. La gauche anti-système a été récupérée, transformée en lobby de petits-bourgeois-fonctionnaires, plus soucieux de protection et de principe de précaution que de libération des mœurs.
Cette nouvelle gauche - la deuxième parait-il - s'est récemment sentie investie d'une mission humanitaire : faire accéder le peuple homosexuel aux bienfaits du mariage civil. Triste façon de résoudre un problème pourtant bien réel, car elle est à ce point idolâtre de l'État qu'elle ne peut même plus envisager la solution la plus simple : supprimer le monopole du mariage.

Lire la suite

Lois mémorielles et droits de l'homme

Les constructivistes sont ceux qui pensent que l'Homme et la société se modèlent à volonté au moyen du droit positif. Il s'agit pour eux de fabriquer un monde meilleur comme on fabriquerait un immeuble. Les briques de ce bâtiment ce sont les lois, le ciment c'est l'appareil administratif de l'État . Dans cette vision naïve, presque infantile de la société il suffit de décréter un salaire minimum, pour augmenter le niveau de vie, de promulguer un droit au logement pour que tout le monde dispose d'un toit et il suffit d'interdire les licenciements pour que le chômage diminue.

Les lois mémorielles font partie de cet édifice de plus en plus brinquebalant. Après avoir réglementé le niveau de vie, le travail, la santé, le logement, la monnaie, le climat, les constructivistes ont décidé de réglementer une partie de l'Histoire pour figer une fois pour toutes son Déroulement Officiel et punir ceux qui le contestent.

Lire la suite

Les libéraux face à la crise


La crise de l'Etat providence propulse sur le devant de la scène le discours libéral, qui seul l'avait prévue. Comme nous le rappelle l'affiche/tract d'Alternative Libérale qui date de 2006, seuls les libéraux mettaient le public en garde contre la dette, bien avant la pré-crise de 2008 suivie par l'éclatement de la bulle étatique. Pourtant ces mêmes libéraux apparaissent aujourd'hui bien divisés lorsqu'il s'agit de présenter des solutions.

Il y a les partisans de l'étalon Or. et des monnaies métalliques mais il y a aussi ceux qui défendent le Free banking ou les monnaies libres.
Il y a les pro européens représentés par le PLD et par Alternative Libérale et il y a des anti-européens qui invoquent des strates administratives inutiles et pesantes.

Lire la suite

La spéculation pour les socialistes

Les deux plus grands fabricants mondiaux de disques durs, Western Digital et Seagate ont subi les inondations catastrophiques de Thaïlande. Plusieurs sites importants de production ont été touchés, des usines ont été fermées et même partiellement détruites. On estime que la production mondiale a été réduite de 25 à 28% ce qui est énorme.

Comment le marché du disque dur réagit-il à cette catastrophe écologique ?

Lire la suite

L'Express.fr censure une nouvelle fois un commentaire posté sur son site :

Voici le commentaire posté suite à l'éditorial calamiteux de Christophe Barbier sur les "petits candidats à l'élection présidentielle", qualifiés par lui de "grotesques".

Votre éditorial sur les "petits" candidats que vous avez qualifié de "grotesques" disqualifie votre carrière de journaliste M. Barbier.
La seule raison d'être du journalisme, ce qui en est l'essence même, c'est de prêter l'oreille aux petits candidats, c'est de donner la parole à ceux qui bousculent les idées reçues, c'est d'apporter la contradiction et d'aller chercher l'information.
Il faut disparaître, M. Barbier. Sachez vous retirer.

Et voici la réponse de l'Express.fr :

Lire la suite

Discussion sur l'allocation universelle

L'Allocation Universelle est recommandée par des socialistes et par des libéraux.  Comment une même mesure peut-elle naître au sein de philosophies politiques qui s'affrontent depuis deux cents ans.?  Que cache cette apparente unicité de vue ? Où sont les divergences de fondement et de fonctionnement entre l'allocation universelle libérale et la socialiste ?

Rappelons tout d'abord que l'AU est rejetée par certains libéraux et acceptée par d'autres. Nous avons déjà répondu à l'argument libéral (libertarien) qui consiste à rejeter l'AU par principe dans le premier article paru sur le sujet: L'allocation universelle peut-elle être libérale ?  Nous en avons conclu qu'on ne peut pas raisonnablement rejeter l'AU par principe mais que l'on peut tout à fait la juger nocive, inopérante en un mot critiquer ses bénéfices supposés. Dans L'allocation universelle libérale nous avons donné une définition grand public des mécanismes  de son fonctionnement. Nous allons ici distinguer l'AU libérale de son homonyme socialiste puis répondre à certains reproches que l'on peut lui faire du point de vue libéral.

Lire la suite

Non, la prohibition de la prostitution n'est pas l'abolition d'un esclavage.

Une proposition de loi visant à pénaliser les clients des prostituées a été déposée à l'assemblée nationale. Cette proposition fait suite au rapport publié en avril dernier par la la mission d’information parlementaire sur la prostitution. La député socialiste Danielle Bousquet en était la présidente et Guy Geoffroy, UMP, le rapporteur. Avant que cette proposition de loi soit soumise au vote, une résolution symbolique a déjà été votée à l'unanimité par l'assemblée le 6 décembre. Elle "réaffirme la position abolitionniste de la France dont l'objectif est, à terme, une société sans prostitution" et juge "primordial que les politiques publiques offrent des alternatives crédibles à la prostitution et garantissent les droits fondamentaux des personnes prostituées".

Que dire de cette résolution et de la proposition de loi qui l'accompagne ?

Photo flickR licence CC par mararie

Lire la suite

L'allocation universelle libérale


Tous les analystes économiques et politiques le disent, les marchés ont besoin, pour retrouver confiance, non pas de recettes techniques de réduction des dépenses ou d'augmentation des impôts, mais d'une vraie vision à long terme de l'organisation des finances publiques. Au delà des rustines financières et des grandes déclarations rassurantes, ce n'est rien moins qu'une autre méthode de fonctionnement de notre sociale-démocratie qu'il faut envisager. Le mécanisme de l'Allocation universelle, s'il est accompagné de réformes institutionnelles, fournit une réponse intéressante car il permet de faire sortir le social du champ politique. Il s'agit de rendre l'aide sociale aussi indépendante du gouvernement que la justice ou la monnaie devraient l'être.

Lire la suite

Le flic au carrefour

Tous les conducteurs ont fait à un moment ou à un autre, la douloureuse expérience d'une circulation réglementée par un ou plusieurs agents de la force publique. Cette aventure peut advenir lorsque des feux de circulation  sont en défaut, lors d'une panne électrique de quartier, ou à l'occasion du passage d'un convoi officiel. Il est à noter que cette dernière éventualité prend de plus en plus le pas sur les deux premières : la probabilité de croiser une Citroën C6 noire (le pouvoir c'est sérieux) et diesel (pour faire des économies) accompagnée d'un convoi de gendarmes (de toutes façons ils sont payés, autant les utiliser) étant devenue nettement plus élevée que celle d'une panne électronique ou électrique.
Bref, nous l'avons tous constaté, la présence d'agents "régulateurs" au milieu d'une intersection ou nous passons tous les jours provoque une invraisemblable pagaille.

Photo flickR licence CC par georgeogoodman

Lire la suite

Haut de page