Gauche libérale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, 12 déc. 2015

Deuxième tour des élections régionales 2015 en ile de France - Votez blanc

Plusieurs personnalités qui se réclament du libéralisme appellent à voter pour la liste de droite menée par Valérie Pecresse. La principale raison invoquée c'est le barrage à la gauche représentée par l'épouvantable Claude Bartolone, multi-cumulard, champion du clientélisme quasi mafieux et, on l'a découvert récemment, des invectives racistes.

L'autre grande liste socialiste, la "nationale" est fort heureusement donnée perdante, donc pas besoin d'alliances contre nature et anti démocratiques pour y faire barrage en Ile-de-France

Reste à savoir si la liste de la droite est digne du vote libéral. Or il est clair que le programme de Valérie Pecresse (VP) est  à mille lieues d'une déprogrammation libérale :

  • VP est pour les subventions - elle veut juste supprimer celles qui ne vont pas dans son sens et maintenir les autres. Aucune réduction des aides et subventions aux entreprises n'est envisagée.
  • VP est pour les emplois aidés : "doublement des aides aux apprentis".
  • VP est pour le logement social  Elle veut juste supprimer le logement "très social" et encore, uniquement "dans les villes qui en comptent déjà 30%".
  • VP est pour le régime de prohibition de la drogue qui permet le financement massif du terrorisme international.
  • VP veut relancer les subprimes : "prêts à taux zéro pour l'achat d'un premier logement." "crédit aux entrepreneurs auxquels les banques ne prêtent pas" (les hommes de la banque sont des crétins qui ne connaissent pas leur métier, VP le connait mieux qu'eux).
  • VP est pour l'augmentation des transports publics centralisés et para-étatiques, la libération du secteur des transports n'est même pas évoquée.

Donc si en en croit certains libéraux de droite, il faudrait apporter sa voix à un programme néo-péroniste à peine déguisé pour empêcher la gauche de passer.  Disons le tout net cela n'est pas envisageable. Il faut arrêter de créditer les étatistes des bulletins libéraux qu'ils ne méritent pas.

Appeler à voter pour une liste parce que les autres sont pires, c'est le piège qui permet aux étatistes de nous mener vers le totalitarisme.

Une seule solution pour les libéraux dimanche : le vote blanc

lundi, 30 nov. 2015

Elections régionales - Aux urnes citoyens


Unique mouvement ayant des velléités libérales, aux urnes citoyens doit recevoir le vote de tous les libéraux de bonne volonté dans les régions où il se présente. Au delà des querelles idéologiques, ô combien normales et même salutaires lorsqu'il s'agit de développer un courant de pensée minoritaire et ambitieux, il faut absolument faire entendre la voix libérale.

Le programme d'aux urnes citoyens est simple, on peut même le juger minimaliste ; tant mieux,

Le mot libéral ne figure pas dans le programme ; dommage.

Cavada ne figure pas dans la liste ; ouf.

Aux urnes citoyens fera un score symbolique ; aucune importance, de toutes façons nos votes ne peuvent se porter sur les autres partis étatistes et dirigistes.

Aux urnes citoyens fusionnera avec une liste étatiste de droite aux deuxième tour ; c'est la principale réserve qu'un libéral de gauche peut émettre, mais pour cela la liste doit atteindre 5% des suffrages exprimés, c'est loin d'être gagné, et si tel était le cas, on votera blanc au deuxième tour.

Donc votez pour la liste aux urnes citoyens !

mercredi, 2 sept. 2015

Une gauche libérale peut-elle renaître et comment la définir ?

Il n'existe aucune définition de la gauche libérale. Le thème revient pourtant de façon récurrente dans les ouvrages consacrés au libéralisme. On y attache des auteurs tel Yves Guillot, Karl Popper, Luigi Einaudi et bien d'autres, mais sans le moindre fil directeur. La préoccupation sociale semble en être le point de ralliement mais ce serait faire insulte aux autres libéraux de considérer qu'ils ne s'intéressent pas à la question sociale. Il faut donc trouver une méthode plus systématique pour essayer de caractériser ce que serait aujourd'hui une gauche libérale.

Lire la suite...

dimanche, 11 janv. 2015

Je suis Charlie

Manif je suis Charlie du 11/01/2015.  Il faut y être.

samedi, 15 nov. 2014

GPA, prostitution, la gauche dirigiste théorise la non propriété de soi

La question de la propriété du corps humain

En ces temps de débat sur l'interdiction de la gestation pour le compte d'autrui (GPA) ou de criminalisation de la prostitution, se pose très concrètement la question de la propriété du corps humain. C'est au nom de ce sentiment de propriété que les mères porteuses comme les prostituées réclament que soit reconnu leur droit d'user de leur corps comme bon leur semble.

Les prohibitionnistes se trouvent ici dans une position délicate. En effet, s'ils avouent ne pas reconnaître la propriété des individus sur leur corps ils peuvent à juste titre être accusés d'esclavage. Car si notre corps ne nous appartient pas, alors à qui appartient-il ?  À un autre groupe humain ? À tous les autres êtres humains ? À personne ? À l’État ? À la sécurité sociale ? Aux représentants éclairés de La bonne morale ?  En tenant compte du fait que la nature a horreur du vide, chacune de ces hypothèses aboutit inévitablement à la mise en coupe réglée d'une partie de l'humanité au détriment d'une autre.

Voilà qui est un peu gênant pour des prohibitionnistes qui prétendent lutter contre "toutes les discriminations" et notamment contre "l'asservissement des femmes" tout en les empêchant d'utiliser leur corps comme elles l'entendent et comme la nature le leur permet.

Les ligues de vertu socialistes - bien obligées - ont donc inventé autre chose.

Lire la suite...

mardi, 9 sept. 2014

Emmanuel Macron, sera t-il le premier réformateur libéral de gauche ?

Emmanuel Macron, notre nouveau ministre de l’économie, pourrait-il être un homme de gauche libéral-compatible ? Tenons-nous enfin la perle rare, de gauche, capable d’engager les réformes qu’aucun gouvernement de droite ou de gauche n’a eu le courage ou la volonté de faire depuis trente ans ?

Pour répondre à ces questions il faut en examiner d’autres plus générales. Tout d’abord, il faut essayer d’évaluer quelles peuvent être les idées directrices, le « référentiel » de pensée suivi par un homme seul pour engager des « réformes ».

En effet, pour agir de façon cohérente en politique et en économie, l’histoire nous apprend qu’il existe deux méthodes bien distinctes : le pragmatisme et l’idéologie.

Lire la suite...

mardi, 18 fév. 2014

Carte 2D du Paysage Politique Français (PPF) - mise à jour février 2014


.
Carte 2D du paysage politique français - cliquez pour agrandir.

Les nouveautés de l'édition 2014

Modification des positionnements des F/H politiques et philosophes
- L'autoritarisme de Manuel Valls le fait (toujours) descendre vers le dirigisme et la droite.
- Marine Le Pen se déplace largement vers la gauche. Elle occupe une position équilibérale par rapport à son père : plus libérale sur les aspects sociétaux et plus dirigiste sur le plan économique.
- Repositionnement de Berlusconi et de Keynes.

Lire la suite...

vendredi, 31 janv. 2014

Des bugs dans le bio

Le personnel de plusieurs établissements de la région de Marseille a eu la désagréable surprise de découvrir « des corps étrangers d’origine animale » dans des barquettes de choux-fleurs bio préparées par l’entreprise Sodexo.

L’incident a eu lieu lundi 20 janvier. Dix jours plus tôt, ce sont des chenilles que des écoliers ont retrouvé dans des brocolis bio. Et en novembre 2013, les enfants de six écoles découvraient des mites alimentaires grouillant dans leurs assiettes de riz camarguais "non traité".

Trois alertes qui viennent de déclencher l’ire des responsables marseillais, lesquels menacent le prestataire Sodexo de représailles juridiques à coups de communiqués de presse bien sentis.

La municipalité, dont tout le monde connaît l’irréprochable gestion, est bien décidée à prouver aux parents-d’élèves-électeurs qu’elle est vigilante et intraitable sur le plan de l’hygiène alimentaire.

Lire la suite...

mercredi, 8 janv. 2014

France Brevets entre innovation et protectionnisme

Alors que Barack Obama vient de faire une proposition de loi au Sénat américain pour limiter le phénomène du "patent trolling", on voit émerger un nouveau phénomène mondial : le patent trolling d’État. En France, celui-ci a fait son apparition il y a quelques années au travers de la création de France Brevets et il vient tout juste de montrer des signes d'activité. En effet, on apprenait récemment que France Brevets attaque LG et HTC pour contrefaçon de brevets portant sur les technologies de communication sans contact NFC. Une première qui était tout à fait prévisible.

photo licence cc by ellenm1

Lire la suite...

lundi, 9 déc. 2013

Inégalités - Interview Atlantico

Deux points de vue libéraux sur les inégalités. Le questionnaire est établi par un journaliste d'Atlantico. Les interviewés n'ont pas connaissances des réponses du ou des autres.

Inégalités : ce qu'on perd en efficacité (y compris pour les réduire) à s'obstiner à faire semblant qu'elles n'existent pas

Outre-Manche, Boris Johnson a récemment fait part de l'obsolescence de ce que l'on appelle "la lutte contre les inégalités" qui est selon lui révélatrice d'une conception erronée des rapports sociaux. L'occasion de relancer un débat déjà vieux, mais qui n'a toujours pas trouvé de réponses...
La suite sur Atlantico

mardi, 26 nov. 2013

Gauche libérale, la grande amnésie

Le fait de situer les libéraux à droite du spectre politique est un curieux accident de l'histoire, pour ne pas dire une anomalie qui n'est pas sans conséquence sur le faible succès des idées libérales et sur leur incompréhension de la part du public.
Car il est clair qu'un mouvement politique ne se définit pas seulement par ses idées, sa doctrine, sa philosophie, mais aussi par celles qu'il combat.

Pendant cent cinquante ans, les libéraux ont occupé les bancs de la gauche en France.  De 1789 à 1930, les libéraux et mouvements affiliés ont majoritairement siégé à gauche. En 1840, les députés libéraux les plus purs occupaient l'extrême gauche de la chambre. Non content de combattre la droite nationaliste, cléricale, corporatiste et protectionniste, ils se démarquaient même d'autres libéraux, plus prêts à des compromissions avec le pouvoir. L'autre gauche, la gauche jacobine, était à cette époque complètement déconsidérée. Le souvenir de ses violences et de ses échecs économiques et financiers était encore vivace.

Lire la suite...

lundi, 4 nov. 2013

Le manifeste des "343 salauds" déchaîne les prohibitionnistes

La gauche dirigiste face à ses contradictions


La gauche au pouvoir, veut depuis plusieurs années pénaliser la prostitution. Elle a essuyé à ce sujet de nombreuses critiques venant de son propre camp comme de celui des prostituées qu'elle prétend défendre contre leur volonté.

En effet, si l'on considère que le sexe-plaisir n'est pas une activité dégradante ou perverse - position que l'on serait en droit d'attendre d'une vraie gauche progressiste - alors l'argumentaire des prohibitionnistes est totalement inconsistant et incohérent comme j'ai eu l'occasion de le démontrer ici et ici.

Si, en revanche on considère que le sexe est réservé à la procréation, que les jeux sexuels et la multiplicité des partenaires sont en soi moralement condamnables, alors la position de la "gauche" (qu'il faut désormais mettre entre guillemets) devient intelligible et rejoint celle de la droite cléricale et paternaliste. La position des prohibitionnistes "de gauche" n'était donc pas très confortable.

Lire la suite...

mardi, 27 août 2013

Le bulletin de vote complet

S'inspirant de la méthode du "bulletin de salaire complet", le "bulletin de vote complet" consiste à révéler une réalité cachée, Il s'agit ici d'attirer l'attention, non plus sur le niveau et l'opacité des charges salariales, mais sur la représentativité réelle des femmes et hommes politiques au regard des pouvoirs dont ils disposent.

Nos "élus" (comme ils se dénomment eux-mêmes sans rire) sont en effet placés sur un piédestal. Propulsés au statut de représentants du peuple (nous), ils prennent des décisions sur des centaines de sujets pour lesquels nous ne leur avons délivré aucun accord.  Leur statut les autorise à utiliser la force publique pour imposer des lois et des règlements an nom d'une "volonté générale" qu'ils sont supposés incarner. Ils légifèrent sur tout, restreignant chaque jour un peu plus notre liberté individuelle. Ils n'ont aucune limite naturelle puisque leur mandat se déroule sans contrôle et qu'ils ne seront jamais tenus pour responsables de leurs erreurs.
Malgré tout cela et en dépit de la défiance dont ils font de plus en plus l'objet, ces femmes et ces hommes politiques continuent de bénéficier de "scores" électoraux dont ils se vantent et qui leur servent à asseoir leur pouvoir.

Lire la suite...

lundi, 8 juil. 2013

Interdire l'éclairage nocturne (qui se voit) est un non-sens économique (qui ne se voit pas).

Photo licence cc par Osbern - Paysage désormais interdit, le soleil n'est pas couché.


Depuis le 1er juillet 2013 une nouvelle loi vient réglementer les éclairages nocturnes des bâtiments  et des bureaux. Promulguée dans une indifférence générale - une loi de plus qu'est-ce que ça peut bien faire ? -  la nouvelle réglementation se fixe deux objectifs : diminuer les "nuisances" lumineuses et réaliser des économies d'énergie.
Il s'agit en gros d'interdire d'éclairer des bureaux, des locaux commerciaux lorsqu'ils sont inoccupés et des façades de bâtiments la nuit "pour rien" (suivant l'expression employée par l'ex-ministre de l'écologie et de l'énergie, Delphine Batho). Pour l'instant, l'éclairage public n'est pas concerné.

Lire la suite...

lundi, 1 juil. 2013

Clash Patrick Cohen - Marine le Pen : "bolchos" contre "fachos"

Quand les dirigistes s'invectivent, cela donne des situations intéressantes à analyser. L'un de ces mini psychodrames s'est récemment déroulé sur l'antenne de France Inter où le journaliste Patrick Cohen recevait Marine Le Pen.

Une mission de service public : faire déraper Marine Le Pen

Au début, Patrick Cohen pose quelques questions de politique politicienne sur les scores récents du Front National, et sur le scrutin de Villeneuve-sur-Lot. Il essaye de faire réagir Marine Le Pen en employant avec insistance l'expression partisane de "front républicain", sans succès, son interlocutrice ne réagit pas.

Dans un deuxième temps Patrick Cohen semble s'intéresser au programme du FN. La dirigeante du FN se voit offrir l'occasion de présenter rapidement les points de programme qui différencient son parti de l'UMP, à savoir : "tous pourris" et vive la "transparence" (imposée par le chef). Patrick Cohen s'ennuie. Il ponctue chaque phrase de Marine Le Pen de "hum" dubitatifs et méprisants : aucune neutralité journalistique mais peu importe (on est en France et dans le service public), il peut passer à la suite qu'il a soigneusement préparée.

Lire la suite...

vendredi, 21 juin 2013

« Patent Pools » les trolls du brevet menacent l'innovation



Le sujet fait couler beaucoup d’encre aux États Unis, les « Patent Pools », qualifiés de trolls par certains médias américains, constituent-ils une menace pour l’innovation et pour le porte-monnaie des consommateurs ?

Les Patent Pools sont des consortium de brevets, c’est à dire des entités à but lucratif qui se chargent de regrouper et de gérer des brevets venant de plusieurs sociétés. C’est une sur-couche au modèle des brevets qui, au départ, devait favoriser l’innovation et faire baisser les prix pour les consommateurs. Il s’agit pour des sociétés de confier leurs brevets, gravitant autour d’une technologie donnée, à une entité spécialisée chargée de les gérer, c’est à dire de récolter les royalties, d’organiser la veille technologique, et de mutualiser les éventuelles actions en justice. En faisant baisser les coûts extrêmement élevés de la gestion individuelle des brevets, les organisateurs de ces ententes prétendaient favoriser le consommateur et permettre à de nouveaux entrants d’accéder à leurs services donc, favoriser la valorisation de la recherche.

Lire la suite...

lundi, 10 juin 2013

Au secours, les dirigistes veulent réglementer le mot "restaurant" !

Photo ss licence CC par Lilina

.
Le député UMP Daniel Fasquelle a déposé une proposition de loi visant à interdire l'utilisation du mot "restaurant" aux établissements qui ne "fabriquent" pas eux-mêmes leurs plats. M. Fasquelle annonce sur son blog qu'il va déposer un amendement au projet de loi sur la consommation qui reprendra sa (le possessif singulier figure bien dans le texte) proposition de loi de novembre 2012 :

Art. L. 121-97. – Ne peuvent utiliser l'appellation de “ restaurateur” ou “restaurant” que les professionnels qui assurent la fabrication de leurs plats sur place à base majoritairement de produits bruts.

« Tout professionnel ne satisfaisant pas à ces critères se voit interdire l’utilisation de l’appellation de “restaurant” et “restaurateur” sur n’importe quel support.


La proposition de loi de M. Fasquelle prévoit deux ans de prison et 37 500 € d'amende "au plus" pour les contrevenants.

Lire la suite...

mercredi, 19 déc. 2012

L'idéologie de la prison fiscale


Photo FlickR licence CC par jon.t

En désignant comme des coupables ceux qui choisissent l'exil pour des raisons fiscales, la gauche socialiste et la droite gaulliste tiennent un curieux raisonnement qui trouve son origine dans leur idéologie commune. Les dirigistes considèrent en effet que ce n'est pas  parce qu'on a payé ses impôts qu'on est dégagé de ses obligations financières avec l'État. Parfaitement compréhensible s'agissant de la droite nationale, cette idéologie doit-elle faire l'unanimité à gauche ? Nous ne le croyons pas.

Lire la suite...

mercredi, 21 nov. 2012

Nutella : besoin de nouvelles recettes

Photo FlickR licence cc par oneVillage Initiative

Le débat sur la taxation de l'huile de palme fournit une bonne image de la façon dont sont prises les décisions dans la société étatiste du spectacle et des lobbies où chaque groupe de pression essaie de d'influencer l’État tout puissant.

Examinons les arguments des parties en présence.

Lire la suite...

vendredi, 9 nov. 2012

Anticor fête ses dix ans

Anticor, qui fête son dixième anniversaire, se présente comme une "association d’élus et de citoyens contre la corruption". La formule figure en préambule de ses statuts. On la retrouve schématisée dans sa dénomination et dans son logo qui représente un médicament censé guérir de la corruption. Tout cela semble parfaitement clair au premier abord. Pourtant si l'on s'intéresse à ce qu'Anticor défend au lieu de se laisser bercer par ce qu'elle combat, les choses sont un peu moins limpides.

Lire la suite...

- page 1 de 11