Un syndicat de salariés , c'est libéral par nature

Avant d'analyser le fonctionnement des "syndicats de patrons" remettons les choses à leur place en ce qui concerne ceux de salariés. Un syndicat de salariés, on comprend facilement comment ça fonctionne ; les employés et ouvriers s'associent pour obtenir des hausses de salaire ou une amélioration de leur conditions de travail sous la menace d'un arrêt de travail, ou bien ils s'engagent à se soutenir mutuellement si l'un d'eux venait à subir des mesures discriminatoires ou simplement injustes. Les libéraux ont toujours été profondément favorables à ce type d'association qui est un des mécanismes régulateurs du capitalisme. Après les jacobins, ce sont d'ailleurs les marxistes qui se sont le plus opposés à la création et au fonctionnement des syndicats ouvriers. Normal, les marxistes ne voulaient pas du capitalisme, donc surtout pas des processus qui permettaient sa normalisation et sa régulation. C'est le compromis entre gaullistes et communistes qui a transformé les syndicats en ce qu'ils sont devenus aujourd'hui, à savoir des organes financés par l'État et chargés de lui transmettre les supposées revendications d'une "base" qui n'existe pas. Le mouvement syndical, par essence libéral, puisque basé sur l'accord contractuel entre salariés et patrons, a été transformé en groupes de pression à travers lesquels les plus influents, les plus nombreux ou les plus violents, tentent d'obtenir des avantages par la voie de la contrainte étatique.

Un "syndicat" de patrons c'est étatiste par nature

Il en va tout autrement des mouvements patronaux qui sont, eux, par définition, corporatistes et clientélistes. Si l'on fait remonter l'origine des organisations patronales aux corporations, maitrises et jurandes du moyen-âge on est bien obligé de constater que le souci des "patrons" et artisans de l'époque n'était pas l'ouverture et assez peu l'esprit d'entreprise, mais l'obtention de privilèges royaux et des moyens juridiques de les conserver. C'est la révolution dans sa composante libérale qui allait durant la nuit du 4 août rétablir la liberté d'entreprendre contre les anciens bénéficiaires de privilèges.
Dans sa forme plus moderne, le mouvement patronal trouve ses fondements à partir des années 1840, dans l'opposition au libre échange prôné par ... l'État. Eh oui, cela parait assez incroyable de nos jours mais à l'époque, c'était bien le gouvernement, influencé par les économistes et philosophes libéraux de l'école de Paris qui poussait au libre échangisme contre les industriels.  C'est d'ailleurs pour réclamer des taxes à l'importation des produits étrangers que sont créés de 1835 à 1840 le Comité des industriels de l’Est, le Comité des intérêts métallurgiques, l’Union des constructeurs de machine et le Comité des houillères françaises. En 1849, l’Association pour la défense du travail national, première association interprofessionnelle créée en 1846, obtient l’exclusion des produits étrangers lors de l’Exposition industrielle de Paris !
Ce comportement perdure de nos jours au sein des fédérations et syndicats professionnels qui constituent la base d'adhérents du Medef. Il ne s'agit plus vraiment de taxer les importations – encore que l'idée ressurgit régulièrement chez les archéo-gaullistes et autres souverainistes bornés – mais de mendier auprès de l'État ou de Bruxelles des aides, ou des "protections" qui peuvent prendre de multiples formes.

On peut donc affirmer qu'un syndicat de salariés est naturel et libéral alors qu'un syndicat de patrons est antinaturel – pour quelle raison des patrons s'associeraient-ils avec leurs concurrents ? – et antilibéral – pour quelle raison des patrons s'associeraient-ils, si ce n'est pour obtenir des avantages ou des protections auprès du gouvernement ?
A ce titre il faut souligner que l'un des motifs importants de la mobilisation patronale au cours de notre histoire a précisément consisté pour les industriels à demander à l'État d'agir contre le syndicalisme. Les patrons de la fin du XIXe siècle ne se préoccupaient pas de savoir si le syndicalisme ouvrier était d'essence libérale ou socialiste, ils voulaient juste faire interdire les grèves par l'usage de la force publique – ce que nos modernes "libéraux-conservateurs" ont une fâcheuse tendance à oublier !

Le Medef libéral ?

Pourtant, depuis sa création en 1998, le Medef est perçu comme défendant des idées sensiblement plus libérales que son prédécesseur le CNPF. Comment un mouvement dont les adhérents sont une multitude de fédérations clientélistes jalouses de leurs intérêts peut-elle passer pour libérale ?
A cela deux raisons :

  • La première réside dans la mission que s'est fixée le Medef. Elle trouve son origine dans la désillusion des patrons, après le cuisant échec subi lors de la négociation sur les 35 heures. Rendus très méfiants vis à vis du paritarisme, les supposés "patrons des patrons" ont inventé une super agence de communication patronale, un lobby politique qui se mêle de tout : économie, emploi, développement durable, équipement, et même relations européennes et internationales. Conséquence de cette nouvelle organisation, le ton et les sujets abordés par le Medef sont moins influencés par les négociations engagées dans chaque branche par les syndicats et fédérations professionnelles. La formule a rencontré un certain succès puisque l'audience du Medef et ses apparitions dans les médias ont considérablement augmenté par rapport au poussiéreux CNPF.
  • La deuxième tient aux difficultés croissantes du modèle économique français. Embarqués dans la galère d'un dirigisme économique qu'ils ont très largement contribué à promouvoir, les dirigeants de la hiérarchie patronale, enfin libérés des négociations de terrain, réclament moins d’État maintenant que ladite galère est en train de couler. Certains industriels ont même un intérêt direct à afficher des positions libérales lorsqu'ils dirigent des entreprises qui tentent d'établir une concurrence face aux anciens monopoles publics. Le Medef peut donc afficher une façade libérale de circonstance, tandis que les fédérations et syndicats professionnels qui le composent se chargent de réclamer plus d'aides et de protections à l’État.


Bien entendu les patrons, adhérents des fédérations et associations professionnelles membres du Medef, défendent "l'esprit d'entreprise", mais les ingrédients qui le composent ne sont pas clairement définis. Car si les patrons attendent du Medef qu'il se batte pour la réduction des charges et des impôts, ils n'hésitent pourtant pas à réclamer au pouvoir des aides, subventions, concessions, missions, plans de relances, barrières non douanières, regroupements, qui seront financés par les charges et les impôts "des autres".

Alors non, décidément le Medef ne sert pas à grand chose, si ce n'est à dévaloriser l'image des vrais entrepreneurs et des vrais libéraux. En prétendant exprimer la "voix des patrons", il entérine le vieux schéma marxiste de la "lutte des classes", cette représentation magique de la société à travers laquelle le "patronat" "pense", "agit", "s'organise", Le fait de prêter une intelligence, une intention, une volonté, à un groupe de personnes en raison de leur fonction est une des grandes régressions, presque animiste du socialisme. On est en tout cas bien loin de l'individualisme méthodologique qui devrait seoir à une organisation prétendument libérale !

Par comparaison les pigeons ont adopté une organisation nettement plus libérale-compatible. Ils ne prétendent pas être une association d'entrepreneurs mais un mouvement qui les défend. Rien n'empêche un fonctionnaire,un chômeur ou un salarié de "liker" la page des pigeons. C'est toute la différence entre un mouvement corporatiste et un autre qui nait de la résistance à l'oppression, quatrième des droits naturels et imprescriptibles de l'homme.

Photo Gauche Libérale.