Nicolas Sarkozy persiste dans son idée d'obliger les salariés ayant perdu leur emploi à suivre des formations, puis à accepter le premier emploi correspondant.

Après le service minimum dans les entreprises publiques, cette nouvelle forme de travail obligatoire ne semble pas poser de problèmes éthiques à notre président. La gauche quand à elle, s'indigne surtout du soupçon de fraude que cette mesure fait peser sur les chômeurs indemnisés et sur les nouvelles contraintes que subiront les demandeurs d'emploi.

Mais l'indemnisation des chômeurs est-elle vraiment équitable ?

Cette question peut paraître saugrenue ou provocatrice, tant l’État providence nous a appris qu'il était indispensable. Et pourtant ! la société dans laquelle nous vivons, incroyablement dirigiste et étatiste, fait intervenir tellement de mécanismes correcteurs et pseudo redistributeurs qu'il est facile de perdre ses repères et de confondre le mal et ses supposés remèdes.