Bravo à Sabine Herold pour avoir été la seule représentante libérale Sur le plateau de Ce soir ou jamais sur FR3.
Les invités reflétaient bien l'état de la société française : une libérale contre cinq ultra-étatistes dont un vieux trotskyste sorti de derrière les fagots, une SDF devenue enarque (le contraire est encore moins probable) et un disciple de Bourdieu (!)
On ne peut que le constater l'Etat providence français a échoué dans sa mission. Il est incapable de contrôler la boulimie de dépense de ses administrations qui croissent toutes seules, en dehors de tout contrôle.
Dans cette France soi-disant "sociale" les dépenses de l'Etat représentent plus de 55% du PIB (Produit Intérieur Brut).
Les prélèvements étatiques servent pour moitié à payer les fonctionnaires ou assimilés soit 25% des actifs. La moyenne de leurs salaires est 15% plus élevée que celle du privé (salaire des PDG compris).
Ce qui reste après ponction des dépenses de fonctionnement et d'équipement, c'est à dire les "redistributions", raison d'être et caution morale de la "France solidaire", profite aux entreprises mal gérées ou malhonnêtes, au capitalisme d'Etat, et enfin aux citoyens malins, ceux qui sont au fait des innombrables aides, dégrèvements et passe-droits organisés par la puissance publique. Ce clientélisme d'Etat n'a pas empêché le chômage, la grande pauvreté et l'exclusion de se développer dans notre pays bien plus que dans des pays plus libéraux.
 Le système est si complexe et tortueux que fleurissent des officines publiques et privées d'assistance à l'assistanat.  Conseils aux entreprises pour obtenir des subventions publiques ou des dégrèvements fiscaux et sociaux, conseils aux particuliers pour naviguer dans la jungle des aides, indemnités, allocations, réductions, déductions.
 
La France, le pays le plus dirigiste et le plus étatisé d'Europe est au bord de la faillite ? Cela ne décourage pas les étatistes qui en profitent pour demander plus d'aides et plus d'interventionnisme pour lutter contre la pauvreté croissante et contre le décrochage économique. La machine infernale étatiste se nourrit des dégâts qu'elle occasionne.
Pendant ce temps, le pouvoir de droite ou de gauche continue à désigner la "mondialisation libérale" comme la cause de tous nos malheurs. Pratique, mais les français vont-ils encore gober ça longtemps ?