Nicolas Hulot cité par Claude Allègre :
"La modernité a profané la sphère du sacré en outrepassant les limites imparties à l'humanité"
"le temps de l'information, du débat, des controverses est révolu."
"le progrès est devenu un risque"
"La croissance pose problème".

Après cette lecture on est fier de soutenir le parti qui n'a pas signé le pacte du grand gourou.

Claude Allègre rappelle dans un chapitre intitulé "n'ayons pas la mémoire trop courte" les différentes théories catastrophistes du passé récent : le trou dans la couche d'ozone, la panique de l'amiante (au passage il règle son compte au désamiantage de Jussieu), le banissement du plomb, le club de Rome, etc.

Un chapitre est intilulé : "la secte verte". Il parle d'Al Gore comme d'un truand :"Le truand c'est Al Gore. [...] Une conférence lui rapporte 200 000 $ plus trois places d'avion en première classe [...]

Un paragraphe s'intitule : "principe de précaution piège à con". (!)

Franc parler ainsi que respect de l'environnement et de la science sont les composantes de cet ouvrage.

Un petit extrait pour vous étonner :

"La séquestration du CO2 va devenir une marché mondial de plusieurs milliards de dollars. Notons que c'est l'industrie privée qui l'a mise en place sans aucun contrôle des gouvernements , de l'ONU et tutti quanti... On me rétorquera que c'est parce que les pétroliers ont vu que les mesures de restiction du CO2 les menaçaient qu'ils ont réagi ainsi. Sans nul doute. Mais c'est exactement ainsi que réagissent les sociétés humaines et qu'elles progressent. Faire du business avec ce qui est utile ! Stimuler la croissance en résolvant un à un les problèmes qui se posent."

Et un autre :

"C'est à partir de là pourtant que le GW (Global Warning) a commencé à «polluer» puis a envahir les médias et le monde politique. Il a bien sûr pour lui la fascination que la prédiction de l'avenir exerce sur les hommes et les princes, les peurs millénaristes, Nostradamus, Madame Soleil, etc., mais à mon avis le refus des Etats Unis de signer le protocole de Kyoto a été un facteur d'amplification. La haine de l'Amérique, de sa puissance, de sa réussite, a amplifié le mouvement. «C'est bien la preuve que c'est important, ces salauds d'américains ont refusé de le signer [...] Aux écologistes se sont joints les anti-mondialistes et les antilibéraux.»"

Si tous les socialistes raisonnaient comme ça... ils seraient tous exclus du parti socialiste.

Malheureusement, malheureusement, il y a quelques (courts) passages dans le livre qui sont là pour donner la tonalité socialiste. Je ne résiste pas au plaisir/déception de vous citer la phrase la plus bête de ce très bon ouvrage : "Que les écologistes de tous bords sachent bien que le premier produit qui pollue la planète c'est l'argent ! En écologie comme ailleurs".

Eh non M. Allègre, l'argent qui permet, le commerce, les échanges, le partage du travail, est probablement l'une des plus belles inventions de l'homme après le langage et l'écriture. Mais dans la morale socialiste, comme dans celle de l'ancien régime, l'argent est sale et impur...