J'ai bien peur que la réponse à cette question soit tout simplement : non.

Vision archaïque de l'économie, tirades enflammées sur le "patronat" et le "libéralisme", attitudes outrées et poing levé pour attirer l'extrême gauche, le cocktail des vieilles recettes est toujours là.

Il existe d'ailleurs en ce moment un critère tout à fait déterminant pour savoir si tel ou tel dirigeant du PS est ou non un "réformateur". Ce critère c'est la plus ou moins grande volonté affichée d'union et de "rassemblement".

En effet tous ceux qui appelent à l'union et au rassemblement sont clairement ceux qui ne veulent rien changer. Les Lang, Fabius, Montebourg, ont bien compris que pour faire perdurer leurs positions au sein du parti, il ne leur fallait pas trop s'avancer sur le terrain idéologique. Mme Royal se retrouve donc subitement entourée de personnalités qui se prononcent pour le rassemblement à ses côtés dans la perspective des législatives.

Au contraire ceux qui veulent un débat d'idées, ceux qui comme Strauss Kahn veulent provoquer la discussion pour définir une stratégie pour l'avenir, sont les réformateurs.

Malheureusement Strauss-Kahn est bien isolé en haut du parti. A part Jean Marie Bockel et Kouchner, tous deux situés à la marge du PS, les appuis sont rares. Le bruit court toutefois que de nombreux cadres du parti, moins médiatisés, seraient prêt à tenter l'aventure social-démocrate.

Les transfuges d'IES en sont un premier signe.

Dans tous les cas on voit mal comment cette mutation pourrait intervenir sans la casse du parti.

Ce que beaucoup de socialistes réformateurs n'ont pas encore bien réalisé ce sont les conséquences des deux alternatives qui s'offrent à eux :

- Soit le PS éclate en un parti socialiste gauchisant et un parti social-démocrate pro-européen. Dans ce cas la perte d'effectifs du nouveau parti social-démocrate sera rapidement compensée par son alliance avec le centre.

- Soit le PS essaie de "rassembler" c'est à dire qu'il demeure immobile. Dans ce cas il connaîtra probablement le sort du parti communiste : un long déclin suivi d'une extinction, avec en prime un boulevard ouvert pour François Bayrou.