Gauche libérale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi, 30 juil. 2012

Moins de pain mais toujours des jeux

Fantastique foire du chauvinisme et du nationalisme le plus débridé, les jeux Olympiques viennent d’ouvrir leurs portes dans l’extase générale.
Même si, comme d’habitude, les dépenses et le flicage démentiels des jeux font l’objet ici ou là de quelques critiques, tous les médias relayent l’évènement avec une complaisance qu’un mauvais esprit (libéral de gauche) ne peut s’empêcher de trouver étonnante.


Photo FlickR licence CC par shimelle


.

Lire la suite...

samedi, 31 mar. 2012

Banquiers, grands patrons, sportifs, artistes : est-ce qu'ils le valent bien ?

L'indignation vertueuse et citoyenne de la classe politique sur les hauts revenus obéit à des codes de communication précis. Dans la propagande dirigiste, ces attaques servent à conforter l'image d'un État vertueux, luttant vaillamment contre les puissances de l'argent, forcément immorales et mondialisées.

Cette posture adoptée par l'ensemble de la classe politique empêche de répondre à la question de fond : peut-il exister de grandes fortunes ou de très hauts revenus acceptables, c'est-à-dire justes, ou en termes plus philosophiques conformes au droit naturel ?

Lire la suite...

lundi, 23 nov. 2009

France-Irlande, les députés qui veulent tricher

Alors que l'erreur d'arbitrage du match France-Irlande prend les proportions d'une affaire d'Etat, la question est évoquée de rejouer le match.

Si l'on se réfère aux règles du football, acceptées par les deux protagonistes, ce match ne doit pas être rejoué. La prééminence de la décision arbitrale fait en effet partie des règles du football. La décision, humaine de l'arbitre et de ses assistants vaut sentence irrévocable. L'erreur humaine est donc admise par les règles du football. Cela est confirmé par la FIFA qui précise que : "l'arbitre ne peut revenir sur une décision que sous réserve que le jeu n'ait pas repris ou que le match ne soit pas terminé". Faire rejouer le match reviendrait donc à admettre que les règles sont faites pour être transgressées et n'engagent que ceux qui leur obéissent.

Pourtant un groupe de députés, menés par le Vice président de l'assemblée nationale, M. Marc Laffineur s'est mis en tête de faire rejouer ce match.

Lire la suite...