Frédéric Bastiat 2012 est une opération de communication moins anodine qu'il n'y parait. Elle permet de mobiliser des libéraux assez différents ce qui est déjà une performance en soi.

Elle ne s'oppose pas aux initiatives du PLD et d'Alternative Libérale qui ont choisi la voie de l'alliance avec des partis centristes.

Il faut même admettre qu'il existe une synergie entre ces différentes formes de mouvements et d'action.

En effet, en montrant au Modem et au Nouveau Centre qu'il existe une réserve de libéraux qui ne voteront jamais pour eux tant qu'ils ne réviseront pas en profondeur leurs programmes et leurs discours, Bastiat 2012 appuie l'action des infiltrés.

A l'inverse, sans une représentation crédible de libéraux courageux au sein de l'establishment politique, Bastiat 2012 ne serait qu'un exercice de potache.

Gauche libérale soutient donc les trois formes d'action citées (et d'autres), sans discerner de hiatus particulier dans leur forme.