Onze jours après la publication de notre précédent article ce sont donc les graines germées - allemandes - bio qui sont à l'origine de l'intoxication et non les concombres - espagnols - bio.
Comme le terme "intoxication" est communément employé pour désigner un défaut volontaire d'information nous ne résistons pas au plaisir de publier ce petit débriefing.

Car nous avons assisté à un extraordinaire phénomène médiatique à l'occasion de cette crise alimentaire.

Depuis le début de l'enquête les autorités sanitaires soupçonnaient l'origine BIO des aliments contaminés.

Or la majeure partie des médias français, dont les journaux télévisés de nos deux grandes chaines de télévision, ont soigneusement caché la nature BIO des concombres espagnols suspectés.

Trop impliquée dans la promotion irraisonnée de ce type d'aliments élitistes et dangereux, la presse n'a pas voulu se déjuger.

Les médias français ont ainsi préféré ruiner toute une filière agricole au lieu de prévenir le public du danger le plus probable, à savoir l'origine BIO des aliments. Cette omission (il faut le répéter) n'est évidemment pas de la prudence de leur part puisque dans le même temps ils n'ont pas craint de désigner les produits espagnols comme des coupables présumés.

Il y a probablement matière à engager des poursuites judiciaires dans cette affaire. Outre le préjudice commercial subi par les espagnols et par toute la filière agricole non BIO en Europe, il y a manifestement une mise en danger de la vie d'autrui par défaut d'information.
                    _________________________________________________

Mise à jour au 11 juin 2011 : Dernier Baroud d'honneur du lobby écologiste :

l'agence Reuters publie à 17h18 un communiqué intitulé : "La ferme bio allemande disculpée dans l'affaire de l'E. coli "
-