Erreur commune


Dans cette formule, issue de l'imagerie marxiste, le "grand capital" désigne une supposée classe de possédants qui détiendraient le capital des grandes sociétés et dont les libéraux seraient les "alliés".
Or si les libéraux sont bien partisans de l'économie de marché, de la libre entreprise et de la concurrence, en revanche ils s'opposent fermement à toute collusion entre le pouvoir politique et les entreprises. Pourtant dans notre société dirigiste et étatiste, les grandes entreprises doivent généralement leur réussite à des concessions, aides, règlementations, protections, marchés ou financements accordés directement ou indirectement par les pouvoirs publics.

Donc si par "grand capital" on désigne les dirigeants et actionnaires de ces grandes entreprises proches du pouvoir, assurées de ne jamais faire faillite, toujours renflouées par l'Etat au détriment de leurs concurrents mieux gérés, alors les libéraux sont clairement les ennemis du "grand capital".