Gauche libérale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche, 30 oct. 2016

L'intox bio sur les pesticides - 2e partie

Comment mesure t-on la toxicité des pesticides ?


Cette présence de pesticides naturels dans notre alimentation nous amène à nous interroger sur les méthodes employées pour juger de leur toxicité. La méthode canonique qui est employée par les laboratoires consiste à isoler les substances présumées dangereuses et à les administrer à haute doses à des rongeurs. Si des pathologies apparaissent chez les rongeurs, le lobby bio comme l'administration sanitaire croient pouvoir en déduire que les mêmes substances, administrées à l'homme à très faibles doses sur une longue période, seront dangereuses.

Lire la suite...

samedi, 22 oct. 2016

L'intox bio sur les pesticides - 1re partie

La plupart des consommateurs est persuadée que les aliments bio contiennent sensiblement moins de pesticides que les aliments de l'agriculture traditionnelle et qu'ils sont donc "meilleurs pour la santé". Pour juger de la pertinence de cette croyance il faut d'une part définir la notion de pesticide, et d'autre part examiner comment est mesurée leur toxicité présumée. En effet, Le lobby bio, extrêmement actif aussi bien auprès des pouvoirs publics que des médias, délivre une information biaisée via la publication de pseudo "tests" qui n'ont aucune valeur scientifique. Alors que l'agitation perpétuelle entretenue par les associations écologistes bénéficie d'une importante couverture médiatique, les démentis de la communauté scientifique passent inaperçus puisqu'ils interviennent toujours quelques semaines ou quelques mois après la publication des tonitruantes "révélations" du lobby bio.

Lire la suite...

samedi, 11 juin 2011

Intoxication alimentaire et médiatique : debriefing

Onze jours après la publication de notre précédent article ce sont donc les graines germées - allemandes - bio qui sont à l'origine de l'intoxication et non les concombres - espagnols - bio.
Comme le terme "intoxication" est communément employé pour désigner un défaut volontaire d'information nous ne résistons pas au plaisir de publier ce petit débriefing.

Car nous avons assisté à un extraordinaire phénomène médiatique à l'occasion de cette crise alimentaire.

Depuis le début de l'enquête les autorités sanitaires soupçonnaient l'origine BIO des aliments contaminés.

Or la majeure partie des médias français, dont les journaux télévisés de nos deux grandes chaines de télévision, ont soigneusement caché la nature BIO des concombres espagnols suspectés.

Trop impliquée dans la promotion irraisonnée de ce type d'aliments élitistes et dangereux, la presse n'a pas voulu se déjuger.

Les médias français ont ainsi préféré ruiner toute une filière agricole au lieu de prévenir le public du danger le plus probable, à savoir l'origine BIO des aliments. Cette omission (il faut le répéter) n'est évidemment pas de la prudence de leur part puisque dans le même temps ils n'ont pas craint de désigner les produits espagnols comme des coupables présumés.

Il y a probablement matière à engager des poursuites judiciaires dans cette affaire. Outre le préjudice commercial subi par les espagnols et par toute la filière agricole non BIO en Europe, il y a manifestement une mise en danger de la vie d'autrui par défaut d'information.
                    _________________________________________________

Mise à jour au 11 juin 2011 : Dernier Baroud d'honneur du lobby écologiste :

l'agence Reuters publie à 17h18 un communiqué intitulé : "La ferme bio allemande disculpée dans l'affaire de l'E. coli "
-

Lire la suite...

mardi, 31 mai 2011

Intoxication aux concombres BIO : le black out des médias français

Le silence des médias français sur l'origine biologique des concombres espagnols incriminés dans la mort de 11 personnes est proprement ahurissant. Cette information importante, au moins autant que l'origine espagnole présumée de l'infection, est complètement occultée par une majorité des grands médias. Ce sont les internautes qui se chargent de transmettre l'information via les commentaires et les forums.

Les deux grands journaux télévisés de TF1 et France 2, le Point, l'Express, France Info, Le Monde, entre autres n'ont pas publié une ligne sur le sujet. On dirait même en lisant leurs articles ou en regardant leurs journaux soporifiques et embarrassés qu'ils évitent soigneusement la question (observation au lundi 30 mai soit plusieurs jours après le début de la crise)

Parmi les médias qui ont honnêtement informé leurs lecteurs on peut citer : Sud Ouest et RFI.

Enfin parmi ceux qui ne veulent pas être pris en flagrant délit de désinformation tout en en faisant le minimum on trouve Le Parisien, qui a publié une ligne dans un des trois articles qu'il a consacré au sujet et Le Figaro qui a fait de même dans deux des quatre articles sur le même thème.

Nous n'avons pas pu faire un inventaire exhaustif des articles et des émissions portant sur la question mais il semble bien que l'omerta soit majoritairement de rigueur.

On est en droit de se demander si ce déni d'information n'est pas la conséquence de l'implication outrancière de ces médias dans la promotion de l'agriculture prétendument "biologique". Les fabricants d'opinion craignent probablement de se déjuger en admettant que la filière bio n'est pas si saine, après lui avoir fait une publicité démesurée.

Examinons toutefois ce qui peut plaider à décharge en faveur de ces médias oublieux de leur devoir d'information.

Lire la suite...