Les anti ou alter-mondialistes trompent l'opinion quand ils prétendent défendre les plus défavorisés.

Dans les manifestations de Cancun, de Porto Alègre, de Bombay ou de Nairobi, il y a deux sortes de participants :

- d'un côté ceux issus des pays riches, c'est à dire les syndicalistes "José-bovistes", représentant les agricultures subventionnées des pays riches, ceux représentant les syndicats traditionnels des industries déclinantes de ces mêmes pays, associés aux mouvements écologistes, Greenpeace et consorts, soucieux de leur nourriture élitiste bio, ennemis du nucléaire et des OGM, enfin ceux qui réalisent une synthèse politique du tout tel Attac;

- de l'autre côté la masse des représentants des pays pauvres.

Ces deux grandes représentations croient défendre la même cause mais il n'en est rien.