Avec l'affaire Dieudonné invitant Faurisson, la classe politique constructiviste qui gouverne notre pays depuis 60 ans vient de connaître l'un de ses échecs les plus cuisants et les plus médiatiques.

Les constructivistes sont ceux qui pensent que la société se modèle à volonté et que l'on peut la piloter comme un véhicule ou la construire comme un bâtiment. Les briques de ce bâtiment ce sont les lois, le ciment c'est l'appareil administratif de l'Etat et des collectivités locales. Dans ce modèle les individus doivent se plier à l'intérêt général défini par une élite gouvernementale. En démocratie cette élite est élue par le peuple qui est consulté à l'occasion des élections.

Les socialistes et les gaullistes sont de fervents adeptes de cette politique.

Après avoir légiféré sur le niveau de vie, sur le travail, sur la santé, sur le logement, sur la monnaie, les constructivistes ont décidé de réglementer une partie de l'Histoire dont ils veulent figer une fois pour toutes le Déroulement Officiel avec les lois Gayssot (contestation de crime contre l'humanité), Taubira (reconnaissance de la traite et de l'esclavage) ainsi que celles tentant d'établir le rôle positif de la colonisation ou la qualification génocidaire des massacres d'arméniens.