Quand les dirigistes s'invectivent, cela donne des situations intéressantes à analyser. L'un de ces mini psychodrames s'est récemment déroulé sur l'antenne de France Inter où le journaliste Patrick Cohen recevait Marine Le Pen.

Une mission de service public : faire déraper Marine Le Pen

Au début, Patrick Cohen pose quelques questions de politique politicienne sur les scores récents du Front National, et sur le scrutin de Villeneuve-sur-Lot. Il essaye de faire réagir Marine Le Pen en employant avec insistance l'expression partisane de "front républicain", sans succès, son interlocutrice ne réagit pas.

Dans un deuxième temps Patrick Cohen semble s'intéresser au programme du FN. La dirigeante du FN se voit offrir l'occasion de présenter rapidement les points de programme qui différencient son parti de l'UMP, à savoir : "tous pourris" et vive la "transparence" (imposée par le chef). Patrick Cohen s'ennuie. Il ponctue chaque phrase de Marine Le Pen de "hum" dubitatifs et méprisants : aucune neutralité journalistique mais peu importe (on est en France et dans le service public), il peut passer à la suite qu'il a soigneusement préparée.