Gauche libérale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, 8 janv. 2014

France Brevets entre innovation et protectionnisme

Alors que Barack Obama vient de faire une proposition de loi au Sénat américain pour limiter le phénomène du "patent trolling", on voit émerger un nouveau phénomène mondial : le patent trolling d’État. En France, celui-ci a fait son apparition il y a quelques années au travers de la création de France Brevets et il vient tout juste de montrer des signes d'activité. En effet, on apprenait récemment que France Brevets attaque LG et HTC pour contrefaçon de brevets portant sur les technologies de communication sans contact NFC. Une première qui était tout à fait prévisible.

photo licence cc by ellenm1

Lire la suite...

samedi, 15 oct. 2011

Le cerveau des traders manipulé par leurs hormones

Le cerveau des traders manipulé par leurs hormones est le titre d'un intéressant article que le journal Le Monde a publié dans ses cahiers sciences & technos, n˚ 20750 daté du Samedi 8 octobre 2011.

Un papier remettant en cause l'équilibre mental des traders aurait fait un peu trop "Marianne" dans l'édition principale du Monde. C'est donc dans un cahier scientifique que le journal nous démontre, preuves hormonales à l'appui, que les opérateurs boursiers sont chimiquement hors de contrôle. L'article est signé d'une certaine Angela Sirigu - Neuroscientifique - CNRS université Lyon I - qui cite des études réalisées par certains de ses confrères.
La "méthode" Le Monde, est toujours aussi prévisible et reconnaissable : dissimuler un article polémique et engagé sous l'apparence d'une "étude" sereine et objective. C'est devenu tellement lassant que cela ne mérite plus d'être relevé, sauf que cette fois le serpent se mord la queue de façon assez plaisante.

Je vous laisse vous délecter avec ce court extrait du début de l'article :

Photo flickR licence CC par 'O

Lire la suite...

lundi, 25 juil. 2011

Les sociétés du CAC 40 et la "mondialisation libérale"


L'opinion publique française porte un jugement sévère sur les sociétés du CAC 40. Leurs dirigeants sont perçus comme des affairistes cosmopolites qui délocalisent à tour de bras pour profiter de la main d’œuvre la moins chère tout en s'octroyant des salaires indécents, parfois accompagnés de parachutes dorés. Cette hostilité est seulement tempérée par un sentiment de fierté patriotique lorsqu'Airbus remporte un contrat fabuleux aux émirats ou lorsqu'un pays d'Amérique du sud choisit de faire appel au savoir-faire français dans le domaine de la distribution de l'eau.

Tout en entretenant d'excellents rapports avec les patrons du CAC 40, nos dirigeants politiques, toutes tendances confondues, s’accommodent fort bien de la vulgate populaire à leur sujet. Ils vont même jusqu'à l'entretenir, puisque ce sentiment de méfiance ou de rejet de la population leur permet d'imputer nos difficultés à la fameuse "mondialisation libérale" c'est à dire à des externalités économiques et politiques. Les sociétés du CAC 40 seraient donc le résultat de la mondialisation libérale c'est à dire au fait de produire n’importe où (délocalisation libérale), avec n’importe qui (migration libérale), pour vendre à n’importe qui (marché sans frontière et affranchi des pouvoirs politiques). Dans l'imagerie dirigiste, complaisamment relayée par les médias, le "pouvoir de l'argent" a supplanté celui des États, supposés vertueux mais dépassés par la mondialisation galopante. Cette perception du public permet aux gouvernements de justifier toujours plus d'intervention et de proximité avec ces sociétés que l'État prétend "contrôler" pour mieux préserver les intérêts des français.

Lire la suite...

samedi, 5 mar. 2011

Le phénomène Open Data publiques, partout... sauf en France


Photo flickR licence CC par justgrimes.

La numérisation des données a ouvert des possibilités que même les ingénieurs à l’origine de la technologie n’envisageaient pas. Numériser des données, c’est non seulement permettre un accès plus rapide et aisément partageable à celles-ci mais c’est également des possibilités infinies dans leur exploitation. Les données deviennent de l’information. Ces non-valeurs se transforment en valeur.

Les collectivités publiques détiennent un nombre considérable de données dans des domaines les plus variés (scientifique, économique, géographique, démographiques etc.). Ces données sont très largement inexploitées. Conscient de ce fait et de leur incapacité à valoriser celle-ci, un nombre croissant de collectivités publiques de part le monde mettent à disposition les données dont elles disposent.

Ce mouvement dit « Open Data » rencontre en France de nombreux obstacles nonobstant plusieurs initiatives locales ou de quelques administrations à savoir la création d’un Secrétariat à l’Economie Numérique et de la mission "Etalab" (qui n'est dotée d’aucun budget à ce jour. V. note ci-dessous) chargée de lancer le portail des données publiques de l’État français.

Lire la suite...

mardi, 25 mai 2010

Nicolas Sarkozy veut s’interdire de casino

De "plans de relances" en "grands emprunts" Nicolas Sarkozy a réussi à faire passer les dépenses publiques de 54% du PIB lors de son arrivée à la tête de l’Etat, au chiffre ahurissant de 56% du PIB, avec un déficit record de 8% pour la seule année 2009.
Souvenez vous, en 2008 Nicolas Sarkozy ajoutait 69 mesures pour réduire les dépenses de l’État "en profondeur".

Lire la suite...

mercredi, 1 avr. 2009

Crédit à la consommation, Joli coup de pub pour Alternative libérale

   Cliquer sur l'image pour agrandir

Alors que l'avant projet de loi du gouvernement prévoit de faire figurer la formule : "un crédit vous engage et doit être remboursé", sur toutes les publicités relatives à un crédit, Alternative Libérale demande que cette sage formule soit gravée de façon bien visible à l'entrée du ministère des finances et sur tous les conseils généraux et régionaux de France.

Lire la suite...

samedi, 6 oct. 2007

Le mariage civil

Tout le monde connaît ce stratagème vieux comme le monde : provoquer un problème, un accident, un désordre, ou simuler une agression pour ensuite apparaître comme un sauveur aux yeux de tous.
Le pompier qui met le feu pour ensuite l'éteindre, le séducteur qui sauve la femme convoitée d'une fausse agression perpétrée par des compères, etc.

L'État est probablement le plus habile et le plus inventif utilisateur de ce procédé.

L'État crée de toutes pièces des problèmes qu'il s'évertue ensuite de régler pour apparaître comme Le Sauveur. Ce faisant il crée un maximum d'autres problèmes qui viendront alimenter son fond de commerce de "problèmes à résoudre". Ses adorateurs n'y voient bien entendu que du feu.

Prenons le cas du mariage.

Lire la suite...