Lorsqu'on essaye de déterminer la trajectoire optimum d'une route ou d'une autoroute dans un paysage vallonné ou montagneux, on doit effectuer des calculs complexes. Ces calculs sont effectués par des ordinateurs après relevés topographiques par satellites et modélisation 3D du paysage. Il faut en effet déterminer, parmi toutes les options possibles le trajet le plus "lisse", celui qui réalise le meilleur compromis entre le chemin le plus court et la minimisation des dénivelés. Les techniques modernes permettent d'atteindre ce résultat. Or que constatent les ingénieurs des ponts et chaussées lorsqu'ils vont reconnaître sur le terrain le trajet déterminé par leurs calculs ? Eh bien, que le tracé élaboré par l'ordinateur correspond peu ou prou aux chemins muletiers présents depuis des siècles dans la montagne.
Cela veut-il dire que les muletiers sont parfaitement rationnels et capables d'effectuer des calculs inaccessibles au commun des mortels ? non, évidemment. Le chemin qu'ils choisissent individuellement cherche à se rapprocher du trajet le plus court et le moins pénible entre deux points. Comme tout le monde, ils peuvent se tromper et faire de mauvais choix, mais à la longue, à force d'essais, au fil d'itérations successives opérées par plusieurs générations, ils trouveront la meilleure voie.
En dehors des simples erreurs, les muletiers peuvent aussi dévier du chemin idéal pour d'autres raisons : beauté d'un point de vue, attraits de la bergère qui travaille en amont ou en aval, désir d'éviter un autre muletier, détour par un champ propice à la cueillette, etc. A long terme, ces critères irrationnels en regard du but poursuivi s'annuleront et ne restera que le facteur objectif d'optimisation du trajet.
En revanche, si les autorités locales, influencées par le mari de la bergère (celle qui subit les avances du muletier), décident que "par mesure de sécurité", les mules et leurs maîtres devront passer à plus d'un kilomètre des zones de pâture, alors il est très probable que le nouveau chemin ne pourra plus jamais correspondre à celui déterminé par ordinateur.
Dans l'exemple des muletiers les itérations se font sur une longue période. Le bon résultat est obtenu au fil du temps. Sur les marchés boursiers l'ajustement est très rapide puisque ce sont des millions d'opérations qui se font à la seconde.
Les acteurs de la vie économique, c'est à dire de la vie tout court, en plus des erreurs de raisonnement qu'ils peuvent commettre, possèdent une large part d’irrationalité dans laquelle se mêle la passion, la négligence, l'obstination, l'amour, l'exaltation ou le découragement, mais cela n'empêche pas un marché libre de donner la bonne indication sur les prix, les salaires ou sur le meilleur chemin à suivre dans la montage.

(1) Joseph Stiglitz - Le triomphe de la cupidité - Chapitre 9 - Page 397.