Il faut dire que ce mariage civil, ridicule copie jacobine du mariage religieux, pose beaucoup de problèmes à la société. Il pose d'abord le problème du divorce qui a fait l'objet de débats passionnés dans le passé. Puis, comme l'État accorde des privilèges écrasants aux couples mariés (avantages fiscaux, réversion de pension au dernier vivant, droits de successions réduits), ce statut attire la convoitise de tous ceux qui ne peuvent pas en profiter. Tout le monde, et c'est bien normal, veut pouvoir se marier pour ne pas subir la spoliation légale qui frappe les célibataires.

Mais pourquoi laisser à l'État le monopole du mariage ? On n'a pas besoin de l'État pour faire constater publiquement l'union de plusieurs êtres à partir du moment où cette alliance n'entraîne pas l'octroi de privilèges. Ceux qui ne sont pas mariés n'ont pas à subir de spoliation légale de la part de ceux qui le sont. Contrairement à l'Église, l’État ne doit pas inciter à adopter un mode de vie plutôt qu'un autre. Au nom de quoi l'État devrait-il savoir avec qui nous couchons et quel est le nombre ou le sexe de nos partenaires ? Que l'État sache où nous habitons est peut-être un mal nécessaire. Tout le reste est parfaitement inutile et liberticide.

Le club des jacobins répond inévitablement à ces arguments : oui mais c'est horrible, si on laisse faire il va y avoir de la polygamie. Et alors, la belle affaire ! la polygamie, la polyandrie ou les communautés "libres" ne posaient pas de problèmes à la gauche en 68 pourquoi en poseraient-elles aujourd'hui ? A cause de la polygamie musulmane peut-être ? Mais dans ce dernier cas c'est la contrainte qu'il faut combattre, pas la polygamie en elle même. Pourquoi trois êtres qui s'aiment sincèrement et qui veulent élever des enfants ensemble devraient-ils subir les foudres de la gauche ?  C'est le monde à l'envers !

Si l'on met de côté la redistribution totalement injuste que le mariage civil actuel opère au détriment des célibataires et au profit des couples mariés, en quoi consiste le mariage ?

  • C'est d'abord la publicité d'une union et d'un engagement. Au temps d'Internet et du "Cloud", ce service, déjà accessible à l'aide d'un simple journal d'annonces officielles, devient excessivement facile à réaliser de manière privée.
  • Le mariage c'est ensuite un contrat qui fixe les droits et devoirs des époux en matière : d'éducation des enfants, de répartition des acquis et du patrimoine de chacun, de protection et d'assistance mutuelle.

Ce type de contrat peut parfaitement être rédigé par des sociétés ou associations privées qui pourront se spécialiser dans certaines formes de mariages (gay, lesbien, de groupe) ou traiter tous les types de mariage. On peut deviner par exemple que l'association "Église catholique" ne mariera que des couples hétérosexuels baptisés et n'autorisera pas le divorce. Mais par ailleurs, toutes les formes de contrat librement consenties et non contraire au droit commun seraient possibles. Rien n'empêche d'ailleurs l'État de servir de guide en conseillant (sans rendre obligatoire) un ou plusieurs contrats par défaut.

Il ne s'agit donc pas de supprimer le mariage en soi - beaucoup de monde y est attaché - mais de le libérer du carcan monopolistique de l'État qui, poursuivant le modèle clérical, continue à discriminer moralement et pécuniairement une partie de la population. Ce n'est pas en faisant passer les couples homosexuels du camp des oppressés au camp des oppresseurs que l'on résoudra le problème. La deuxième gauche ne l'a pas compris, vivement la troisième !