L'annonce est immédiatement reprise sous forme d'articles sur le net par les médias français :
E. coli : la ferme biologique allemande n'a pas commis de faute (Le Point)
E.Coli : les autorités disculpent la ferme bio (Europe 1)
Bactérie E. coli: la ferme bio allemande disculpée (L'Express)
La ferme bio allemande disculpée dans l'affaire de l'E. coli (Le nouvel Observateur)
Bactérie tueuse : Les graines coupables, la ferme bio disculpée  (France Soir)

Tous les articles reprennent la déclaration suivante : "D'après nos investigations en cours, la ferme n'a commis aucune erreur", a expliqué Gert Hahne, porte-parole des services de protection des consommateurs de ce Land. "L'hygiène est respectée et toutes les dispositions réglementaires sont observées", a-t-il dit.

Pas de chance pour ces médias pressés, la nouvelle de l'implication définitive de la ferme BIO allemande tombe quelques heures plus tard par des dépêches AFP et Reuters. Cette fois ce n'est pas dans une poubelle que l'on a retrouvé la bactérie mais dans un sachet  rapporté par un père de famille. Il n'y a plus de doute possible: la source bactérienne provient bien de la ferme biologique Gärtnerhof située dans la localité de Bienenbüttel, en Basse-Saxe.

Bien malgré eux , Reuters, les autorités sanitaires allemandes et les médias français accablent la filière biologique. Car si une ferme dans laquelle "L'hygiène est respectée et toutes les dispositions réglementaires sont observées" a pu causer la mort de 33 personnes c'est que l'agriculture biologique est dangereuse en elle-même. La ferme allemande qui a disséminé le germe mortel n'a pas commis de faute sauf celle d'ignorer les techniques de Semmelweiss et de Pasteur.
                    _________________________________________________

Mise à jour au 12 juin 2011 : Silence étourdissant des écologistes
Les leaders écologistes, si prompts à s'enflammer sur tous les dangers alimentaires sont totalement muets. Pas le moindre communiqué sur cette crise de l'agriculture BIO qui a fait aux dernières nouvelles plus de 35 morts en Europe et qui condamne 800 personnes à des problèmes rénaux toute leur vie, Etrangement ils n'invoquent pas le principe de précaution. Ils ne demandent pas de moratoire sur les produits BIOs. Ils ne font pas de plan pour sortir du BIO en cinq ans et il semble bien qu'il n'y a pas de fauchage volontaire de champs BIO prévus dans les semaines à venir.