Il est aujourd'hui nécessaire de faire des choix, de définir des priorités : communiquer sur tous les sujets et vers tous les publics a contribué à brouiller notre image et à en décevoir certains. Osons choisir une nouvelle direction.

Nous, libéraux de progrès, voulons aujourd’hui préciser et clarifier le positionnement de notre parti afin de lui donner une identité forte, centrée sur des principes solides et s’adressant à un public clairement défini.

Nous voulons faire d'Alternative Libérale, à l’image du D66 hollandais, le mouvement de référence en matière de droits
civiques, de droits de l'Homme et de libertés fondamentales, tout en conservant bien sûr la défense de l'économie
libérale et de la société ouverte qui découlent naturellement de ces principes.

Nous sommes plusieurs sur la liste des libéraux de progrès à avoir participé aux directions successives du parti, et nous avons sans relâche tenu ce discours, qui n'a pas été suffisamment écouté. Nous pensons que le temps est venu de nous engager sur cette voie encore inexplorée par les expériences récentes du libéralisme français.

Nos électeurs : la génération libérale

Nous devons définir clairement notre public, afin de calibrer notre communication en conséquence.

Nous voulons nous adresser d'abord à une génération, naturellement libérale : celle qui est née avec Internet et la chute du mur de Berlin, celle pour qui le libre-échange et les frontières ouvertes de l'Europe sont des évidences. Des jeunes urbains aux jeunes de banlieues, en passant par les entrepreneurs naissants ou potentiels, une même soif de liberté s'exprime partout : à nous d'y répondre.

Cette génération, désabusée, s'est éloignée des grands partis. Elle vote pour envoyer des messages d'humeur, souvent rouges ou verts, quand elle vote encore. Elle croit en la liberté, réclame une démocratie exemplaire, se méfie de tous les pouvoirs et cherche une voie vers des formes inédites de solidarité. Elle sait que de nouvelles libertés créent de nouvelles solidarités. Elle partage largement nos valeurs et elle entendra le message libéral si nous savons lui parler.

Cette stratégie de communication ne nous empêchera pas de répondre à l'attente de beaucoup de libéraux classiques, qui se retrouveront pleinement dans les idées que nous défendrons, et y verront un moyen efficace de les diffuser.

Le champion des droits civiques et des libertés individuelles

Pour être audibles et crédibles aux yeux de ces électeurs, nous devons sortir du langage technique libéral, et proposer des solutions concrètes.

Sans renier notre identité et nos fondamentaux théoriques, nous devons nous montrer moins dogmatiques, tout simplement parce que les Français rejettent le dogmatisme. En somme, nous devons présenter le visage d'un libéralisme qui puisse séduire, sinon enthousiasmer les Français, à commencer par les jeunes.

Notre ligne directrice est de faire percevoir Alternative Libérale comme le parti de la défense des droits civiques et des libertés individuelles, loin de tout conservatisme, en exposant les solutions libérales sous cet angle.

Pour schématiser, nous devons présenter le libéralisme du point de vue de ceux qui ont du mal à boucler leurs fins de mois, qui ne trouvent pas d'emploi à cause de leur adresse ou de leur couleur de peau, qui voient leurs enfants condamnés à l'échec parce qu'ils ne peuvent pas choisir leur école, ou à qui l'on demande leurs papiers trois fois par jours parce qu'ils n'ont pas le bon faciès, plutôt que du point de vue de ceux qui paient l'ISF, même si cet impôt est évidemment stupide, injuste et contre-productif.

Nous sommes convaincus que le libéralisme permettra l'amélioration de la condition de chacun, à commencer celle des plus modestes. Nous devons le dire clairement, mus par la conviction que la politique consiste à d'abord parler pour ceux qui souffrent. Nous ne devons pas négliger l'importance de l'empathie et du cœur dans notre réflexion comme dans notre communication.

Nous pensons notamment que les quartiers populaires et les cités sont un terrain propice à l'éclosion de ce libéralisme accessible, concret et compréhensible.

Nous souhaitons aller à la rencontre de ces électeurs et leur proposer des idées concrètes sur les thèmes du logement, des transports, de l'éducation, de l'entrepreneuriat, de la sécurité, des libertés individuelles, du travail, etc.

A nous de proposer un projet crédible, honnête et porteur d'espoir à la génération qui grandit dans les (si mal nommées) cités, dont les habitants ne veulent qu'une chose : se construire un parcours, trouver un chemin individuel qui les sorte de ce bourbier. Ils sont les premières victimes du collectivisme : allons à leur rencontre.

Bien entendu, cette démarche ne doit pas nous faire perdre de vue notre cœur de cible que sont les jeunes actifs, les classes moyennes supérieures et les très nombreux entrepreneurs, qui tentent de faire survivre de petites et moyennes entreprises dans un contexte de plus en plus difficile et hostile.

Une nouvelle organisation

Le choix de cette génération libérale comme public implique un comportement politique nouveau, qui passe par une autre relation aux adhérents, plus conviviale, et une communication innovante.

Nous proposons d'une part de baisser significativement le prix de la cotisation, pour qu'il ne soit plus une barrière à l'entrée et à la ré-adhésion, et de mettre en place une véritable stratégie de fidélisation de nos adhérents, en favorisant leur implication dans la vie du parti. Nous voulons également développer un merchandising innovant, nous permettant de trouver de nouvelles ressources financières.

Par ailleurs, nous voulons organiser des rencontres et des événements (conférences, débats…) dans un cadre réellement convivial. Cela facilitera l'adhésion de nouveaux membres, permettra aux adhérents de se rencontrer plus souvent et d'avoir une véritable vie militante, au-delà des périodes électorales, et sera une source nouvelle de recettes (entrées payantes pour les non-adhérents, vente de boissons, merchandising…).

Nous voulons aussi renforcer notre présence sur Internet, en réorganisant notre site web, et en proposant des contenus de qualité de manière plus régulière ; redynamiser la blogosphère, améliorer sa présentation, et créer une dynamique plus large et ambitieuse sur les réseaux sociaux.

Enfin, nous voulons davantage "parler politique", car nous pensons que cela répond à une véritable attente du public et de nos adhérents. C'est pour cela que nous nous sommes engagés dans ce parti, et pas seulement pour organiser des campagnes, lever des fonds ou coller des affiches.

Une stratégie politique pragmatique

Nous avons pu apprécier par le passé la difficulté de mener une campagne électorale, et nous sommes sceptiques sur la capacité d'Alternative Libérale, en l'état actuel, à recueillir les 500 signatures d'élus nécessaires pour présenter une candidate ou un candidat à l'élection présidentielle. Nous proposons donc une stratégie plus pragmatique, orientée vers la recherche de relais et d'alliés, en vue d'assurer la présence et le succès de nos candidats aux élections législatives de 2012.

D'abord, la création d'un réseau de relations avec les associations qui mènent des combats de Liberté, au-delà de celles que nous côtoyons aujourd'hui, permettra de trouver des relais, des idées nouvelles, et des formulations adaptées et audibles pour chacun de nos thèmes programmatiques. Défense de la liberté d'expression, de la presse, de la libre entreprise, du droit de disposer de son corps, ou encore lutte contre la corruption, en France et dans le monde, sont des thèmes sur lesquels notre message sera largement amplifié si nous travaillons avec les associations spécialisées, notamment par la participation à des évènements communs.

Mais les modes de scrutins établis en France ne nous permettront pas d'accéder aux responsabilités sans alliance avec d'autres partis politiques.

En cohérence avec notre stratégie en termes de public, et avec le positionnement historique d'AL, nous ne pouvons qu'être dans l'opposition à Nicolas Sarkozy et à la droite conservatrice. Nous proposons, au-delà de nos partenaires libéraux, d'aller à la rencontre de nouveaux interlocuteurs, parmi les plus ouverts aux idées de liberté, y compris à compris à gauche de l’échiquier politique.

Nous proposons de nous placer immédiatement dans une optique d'alliances électorales en vue des législatives, afin de peser et de faire avancer quelque peu nos idées. Nous proposons donc d'engager des discussions avec différents interlocuteurs, afin d'identifier ceux qui seront les plus réceptifs à notre discours.

Cette stratégie peut s'appliquer dès les prochaines échéances : régionales de 2010 et cantonales de 2011. Nous devons aller à la rencontre d'interlocuteurs en cohérence avec notre stratégie globale, et identifier les meilleures opportunités, sans pour autant chercher à nous engager à tout prix dans ces élections où l'enjeu est essentiellement local, et qui demandent une implantation forte sur le terrain.

Chers adhérents d’Alternative Libérale,

Notre parti est à la croisée des chemins. Vous pouvez aujourd'hui décider de lui donner une impulsion audacieuse. Un libéralisme comme la France n'en a plus connu depuis près d'un siècle est prêt à renaître. Sur la trace de ceux qui ont écrit la déclaration de Droits de l'Homme nous allons aborder les grands principes libéraux sous l'angle de l'abolition des privilèges, de la propriété individuelle qui commence par celle de son corps, de l'accès des plus faibles au marché.

Nous allons recruter sur cette nouvelle base, séduire nos électeurs et les médias en adoptant un angle qui peut vous paraître audacieux mais qui est tout simplement le seul qui a conduit les libéraux au gouvernement dans notre pays.