Eh oui, le racket des chantiers "c'est du capitalisme appliqué à l'économie souterraine."

Si vous ne croyez pas que l'on puisse dire de telles âneries à l'antenne, je vous propose d'écouter un court extrait du reportage :

(ça dure 42 secondes).

Quel est le rapport entre la diversification des caïds locaux et le capitalisme ?  Ah mais il y en a un ! suivez le raisonnement de Franck Cognard :
- Les capitalistes cherchent à diversifier leur activité et leurs sources de profits
- Les caïds des banlieues cherchent à diversifier leur activité et leurs sources de profits.
Donc la diversification des caïds de banlieues c'est du capitalisme appliqué à l'économie souterraine, c'est limpide !

Autrement dit pour M. Cognard, la principale caractéristique du capitalisme, ce qui fait son essence et sa raison d'être, ce qui permet de le définir, c'est la recherche des profits et leur diversification.
La production de richesses, les échanges librement consentis, la compétition loyale, le respect des engagements, la recherche et le développement de nouvelles techniques, la rémunération du risque pris par les actionnaires, tout cela est to-ta-le-ment secondaire.

Bien entendu le compère qui interroge le brillantissime Franck Cognard n'a pas été choqué par le parallèle entre l'économie mafieuse et le capitalisme. Ce genre d'énormité est parfaitement à sa place sur l'antenne de France Info infiltrée par la morale anticapitaliste socialo-gaulliste.

En revanche si Franck Cognard avait dit : "C'est du socialisme appliqué à l'économie souterraine", nul doute qu'il aurait été viré de France Info sur le champ.

Et pourtant, quand on y pense, l'augmentation des prélèvements obligatoires en échange d'une "protection", la
diversification des revenus provenant de la coercition, les rentes de situation, la corruption active et passive, tout cela ne fait-il pas penser au socialisme ? En tout cas ce n'est pas plus bête, loin s'en faut, que le parallèle avec le capitalisme.