Du temps ou la France et l'Angleterre se disputaient la place de première puissance mondiale, elles ne s'embarrassaient pas de scrupules pour conquérir, coloniser, inféoder des peuples et des continents entiers. L'idéologie raciste était officielle. Les nègres et les jaunes se voyaient administrer par l'Europe blanche et chrétienne. La grande Bretagne "prenait contact" avec le Japon en bombardant une ville avec un navire de guerre pour montrer sa supériorité militaire. Les Français établissaient leur administration, calquée sur celle de la métropole, sans la moindre concertation avec les populations locales. Des territoires entiers étaient envahis, annexés. Les matières premières n'étaient pas achetées aux indigènes mais tout simplement confisquées. C'est comme cela que l'Europe coloniale s'est bâtie.

Aujourd'hui on entend ces mêmes européens, dépités par leur relégation au second plan se plaindre de l'impérialisme américain.

Or force est de constater que les Etats Unis sont infiniment moins impérialistes que les anciennes puissances dominantes de cette planète. L'empire romain, la Chine, le Japon, les turcs, les allemands, les français, les anglais, les russes ont rivalisé de violence de mépris et d'arrogance lorsqu'ils briguaient le titre de première puissance mondiale ou régionale.

Pour la première fois dans l'histoire de notre planète une première puissance mondiale ne cherche pas à imposer ni exporter son modèle culturel. Pour la première fois dans l'histoire de notre planète une première puissance se comporte relativement "bien". Les américains sont très loin d'être irréprochables, on peut certainement trouver de multiples défauts à la société américaine mais le contraste avec le passé colonial et expansionniste des anciennes grandes puissances est frappant.

On reproche aux américains d'intervenir aux endroits ou il y a du pétrole. A cela plusieurs réponses :

- Lorsque le pétrole se transforme en armes aux mains de dictateurs il y a urgence à intervenir. Un dictateur sans moyens est beaucoup moins dangereux pour la paix mondiale que celui qui possède du pétrole.

- Les américains ne s'approprient pas le pétrole ni aucune des matières premières comme le faisaient les européens dans les pays conquis. Ils les achètent. Bien entendu leurs entreprises sont privilégiées pour ce qui a trait à la reconstruction ou aux fournitures. Cette démarche fait hurler les européens qui ont "oublié" leurs pratiques de purs voleurs d'il y a à peine 50 ans.

- Il n'y a pas de pétrole en Corée du sud, à Taïwan et en Israël et ce sont les Etats Unis qui assurent en bonne partie la sécurité et le soutient à ces pays CONTRE ses intérêts économiques.

Car enfin, qu'on ne prétende pas que les États-Unis, en agissant en Irak ou en soutenant Israël se font bien voir des dictatures pétrolières ! La France, bien au contraire s'est assurée la sympathie des dictatures arabo-musulmanes en s'opposant aux États-Unis et en prenant ses distances avec Israël. Ses contrats pétroliers et gaziers avec le Maghreb n'en seront que renforcés. Ce n'est pas non plus en soutenant Taïwan que les Etats Unis favorisent les ventes de boeing en Chine, et ce pour le plus grand profit d'Airbus.

On reproche aux américains leur impérialisme culturel. Très mauvaise analyse. Les américains ne cherchent absolument pas à imposer leur modèle culturel. Contrairement aux français, ils s'en moquent éperdument. Les américains ont la culture du PRODUIT. J'invente le Coca Cola. Tiens, ça se vend bien ! et partout dans le monde. Tant mieux ! Je prends des dispositions pour que ça se vende encore mieux. Tiens, les MacDonald ça marche furieusement bien. Qu'à cela ne tienne, j'en ouvre partout sur la planète ! Tiens, les gens adorent les Jeans et les Baskets. Super, je fais tout ce qu'il faut pour que tous les pays puissent en acheter. C'est ça "l'impérialisme" américain, c'est un impérialisme du produit. Les américains se moquent complètement que l'on n'adhère pas à leurs valeurs ou à leur culture. Ils sont de ce point de vue beaucoup plus fermés qu'expansionnistes.

Ils sont les seuls à jouer au base ball et au football américain et ne cherchent aucunement à convertir qui que se soit. A comparer avec le Criquet que les colonies anglaises se devaient de pratiquer...

La "culture" américaine se répand par la marchandisation - qu'on soit pour ou contre est un autre débat - et non pas par la volonté hégémonique d'un peuple.

Les français se comportent de façon pratiquement opposée. Ils veulent que leur culture, leurs valeurs et leur langue soient reconnues. Ils dépensent des fortunes pour des instituts et des établissements scolaires à l'étranger. Ils maintiennent des missions culturelles et de multiples organes d'influence. Ils organisent - le ridicule ne tue plus - des concours de dictée internationaux pour glorifier les difficultés de la langue française.

Ils éradiquent les mots étrangers de leur langue, ils interdisent les minorités culturelles ou religieuses.

Je ne juge ici ni les français ni les américains. Je constate simplement que s'il y a un peuple qu'on peut qualifier "d'impérialiste" c'est bien le peuple français et non le peuple américain.