le "chimisme" (le mouvement de défense et de protection des réactions chimiques) n'a pas vu le jour. Nous échappons (jusqu'à présent) à un ministre de la chimie. De même le parti politique des biologistes et le ministre de la biologie n'ont pas (encore) été créés.

Accaparer une science ou interpréter des résultats d'études scientifiques pour en faire un mouvement politique c'est du scientisme.
Les écologistes sont donc des scientistes c'est à dire des adeptes d'une religion-philosophie qui prétend tout résoudre en se basant sur une science : l'écologie.
Comme beaucoup de religions elle manie le révisionnisme scientifique, dont elle se nourrit, et mèle le vrai et le faux pour faire peur et pour arriver à ses fins.

Ce qui est inquiétant c'est qu'en France le lobby écologiste a réussi à faire nommer un Ministre de l'écologie !
Le simple fait d'avoir un ministre d'une science prouve sémantiquement à quel point le débat à quitté le côté objectif pour devenir passionnel et quasi religieux.

Notre ministre devrait bien évidemment porter le titre de ministre de l'environnement, et non pas celui ô combien ridicule, de ministre de l'écologie. On n'administre pas une science.

Pour être capable de produire de l'énergie sans effet de serre, pour nourrir l'ensemble de la population en utilisant moins de pesticides et moins d'eau nous avons besoin de l'énergie nucléaire, de la chime, du génie génétique. et de toutes les ressources créées par le génie humain. Laisser à nos enfants une planète propre, riche en énergie et en matières premières voilà un beau programme qu'il ne faut surtout pas laisser aux mains d'obscurantistes religieux.