Gauche libérale

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi, 8 avr. 2008

Nicolas Lecaussin viré de l'IFRAP

L'actualité récente offerte par le limogeage de Nicolas Lecaussin, me donne l'occasion de poster un texte paru en avril 2007 sur le site AL92 récemment disparu.

Rappelons les faits récents : Nicolas Lecaussin, brillant rédacteur en chef de la revue de l'IFRAP  "Société civile" a été licencié par Bernard Zimmern, son dirigeant. Bernard Zimmern n'a en effet pas supporté la publication d'un ouvrage de son poulain intitulé "L'absolutisme efficace", critique à l'égard de Sarkozy. Après avoir vainement tenté d'en faire supprimer des passages, M. Zimmern a purement et simplement licencié son principal collaborateur pour faute... lourde (si l'on en croit la presse) !

L'IFRAP est spécialisé dans la publication d'enquêtes souvent fort intéressantes sur nos administrations. Ses études sont reprises par les medias et influencent, parait-il, certains politiques. Certains croyaient voir dans cet organisme un think tank libéral. Son soutien inconditionnel au candidat puis au président Sarkozy ne peut évidemment pas le ranger dans une telle catégorie, d'ailleurs M. Zimmern affirmait lui-même il y a un an qu'il était un conservateur et non un libéral.

Eh bien il nous en donne aujourd'hui une éclatante confirmation.

Lire la suite...

vendredi, 4 avr. 2008

We are not alone in the universe

Première rencontre avec nos homologues grecs de  Left Liberal Synthesis

Les similitudes entre nos deux mouvements sont assez étonnantes.

Left Liberal synthesis est adossé à un petit parti de libéraux authentiques dénommé Liberal Alliance, ayant de grandes similitudes avec Alternative Libérale : parti récent, population jeune, positionnement "ni à gauche ni à droite" qui entraine une confusion vis à vis des médias et de certains militants.

C'est dans ce cadre qu'est né left liberal Synthesis qui veut attirer et former tous ceux qui pensent que la gauche devrait être libérale - ou que le libéralisme c'est la gauche - le débat est ouvert...

La situation politique grecque ressemble à celle de la France, Etat omniprésent, peur panique de la mondialisation, gauche clientéliste, droite inutile.

Bref, nous ne sommes plus seuls dans l'univers.

Après ce premier contact à Paris, l'un de nos objectifs est d'identifier les autres mouvements apparentés, en Europe et dans le monde.

A vos radiotéléscope !


ευχαριστω john σας δουμε συντομα

lundi, 31 mar. 2008

Unité des libéraux ?

Gauche Libérale se félicite du succès de la liste menée par Sabine Herold pour l'élection du nouveau bureau d'Alternative Libérale.

Une majorité de militants a donc décidé de maintenir le parti dans sa ligne de "libéralisme authentique".

Les deux camps en présence se sont affrontés durement. A l'instar des grands partis politiques français qui, lorsqu'ils se déchirent voient leurs dirigeants prôner fébrilement l'unité et le "rassemblement", nos deux têtes de listes et candidats à la présidence d'Alternative libérale ont dans un premier temps appelé à l'unité du parti. Ce qui est arrivé hier à l'UMP, au PS ou chez les verts, arrive aujourd'hui chez AL. Un appel à l'unité accompagne une crise grave et profonde.
Cette attitude est elle pertinente ?

Lire la suite...

vendredi, 28 mar. 2008

Scoop : le PCF demande la baisse des taxes



PCF et Contribuables Associés, même combat.

Allez encore un petit effort et après "baissez les taxes" on va bientôt voir des affiches du PCF (Parti des Contribuables Floués) portant  la mention : Laissez Faire - Laissez passer !

samedi, 8 mar. 2008

Nietzsche : Mon idée de la liberté

Le crépuscule des idoles 1888
Flâneries inactuelles
§38 trad. Henri Albert

MON IDÉE DE LA LIBERTÉ. — La valeur d’une chose réside parfois non dans ce qu’on gagne en l’obtenant, mais dans ce qu’on paye pour l’acquérir, — dans ce qu’elle coûte. Je cite un exemple. Les institutions libérales cessent d’être libérales aussitôt qu’elles sont acquises : il n’y a, dans la suite, rien de plus foncièrement nuisible à la liberté que les institutions libérales. On sait bien à quoi elles aboutissent : elles minent sourdement la volonté de puissance, elles sont le nivellement de la montagne et de la vallée érigé en morale, elles rendent petit, lâche et avide de plaisirs, — le triomphe des bêtes de troupeau les accompagne chaque fois. Libéralisme : autrement dit abêtissement par troupeaux...

Lire la suite...

jeudi, 14 fév. 2008

Karl Marx et les droits de l'homme

Extrait de à propos de la question juive  (1843) :

Considérons un instant ce qu'on appelle les droits de l'homme, considérons les droits de l'homme sous leur forme authentique, sous la forme qu'ils ont chez leurs inventeurs, les Américains du Nord et les Fran­çais ! Ces droits de l'homme sont, pour une partie, des droits politiques, des droits qui ne peuvent être exercés que si l'on est membre d'une communauté. La participation à l'essence générale, à la vie politique commune à la vie de l'État, voilà leur contenu. Ils rentrent dans la catégorie de la liberté politique, dans la catégorie des droits civiques qui, ainsi que nous l'avons vu, ne supposent nullement la suppres­sion absolue et positive de la religion, ni, par suite, du judaïsme. Il nous reste à considérer l'autre partie, c'est-à-dire les « droits de l'homme  », en ce qu'ils diffè­rent des droits du citoyen.
[...]

Lire la suite...

vendredi, 1 fév. 2008

Le racket des chantiers vu par France Info

Le pillage et le racket des chantiers ¨- reportage de Franck Cognard pour la chronique "Le PLUS France Info"du 31 janvier 2008
Le PLUS France Info : Scoop, enquêtes, droit de suite : jour après jour France Info débusque l’information, en révèle les ressorts et en expose les implications (sic).

Extrait:

- Franck, est ce qu'on a une idée de ces racketteurs, qui sont-ils exactement ?

- Des caïds locaux essentiellement, qui font d'habitude dans le trafic de stupéfiants, et pour qui ce racket est finalement une sorte de source de diversification, source de nouveaux profits, c'est du capitalisme appliqué à l'économie souterraine

Lire la suite...

mardi, 1 janv. 2008

Bonne année

Eh oui, 2008 a fini par passer...

Donc bonne année à tous

Je ne résiste pas au plaisir/consternation de vous donner les nouvelles fraîches du matin telles qu'elles sont diffusées sur les radios gouvernementales :
"Nuit relativement calme" d'après le ministère de l'intérieur. "Seulement (sic) Trois cent soixante douze véhicules brûlés en cette nuit de la Saint Sylvestre soit une baisse de sept pour cent par rapport à l'année précédente (re-sic).
A froid, ça ressemble à un gag, mais non, je vous assure, c'est le vrai bulletin d'information.

Un peu comme le chômage, quoi. Tout va bien, ça baisse !


Ayant eu la curiosité d'aller faire un tour sur les Champs-Elysées hier soir, je vous livre mon petit reportage sur l'ambiance qui règne la nuit de la Saint-Sylvestre sur "la plus belle avenue du monde".

Lire la suite...

lundi, 31 déc. 2007

Le thon rouge

Le distributeur Auchan a décidé de ne plus vendre de thon rouge dans ses hypermarchés français. Il invoque pour cela les "graves menaces de disparition" de cette espèce. Un groupe privé français décide donc, sous la pression de l'opinion, de prendre une mesure environnementale.

Lire la suite...

mercredi, 19 déc. 2007

Redonnons sa liberté à Paris

Redonnons du lustre à Paris est le titre d'une tribune publiée dans le Figaro par Agnes de Fressenel, adjointe au Maire du 15e.
Le texte, repris par plusieurs blogs, peut être consulté ici

Le constat de Mme Fressenel est assez lucide,
Paris comme la France tout entière devient un musée, un parc d'attraction qu'il fait bon visiter et où l'on peut prendre sa retraite après avoir travaillé ailleurs en Europe. La manne touristique se déverse sur Paris comme le pétrole sur les Etats du Golfe, tuant l'initiative, la libre entreprise et l'organisation spontanée.

Lire la suite...

mardi, 20 nov. 2007

Les privilégiés

En cette journée de grève des fonctionnaires une petite réflexion sur la notion de privilège.
J'entendais cet après midi à la radio une jeune fonctionnaire décrire sa situation :
"J'ai BAC plus six et je gagne mille sept cents euros par mois, je ne pense pas être une privilégiée" affirmait-elle.

En associant la notion de privilège et le montant de son salaire cette jeune femme établit un lien direct entre privilège et richesse. Un "privilégié" pour elle c'est celui qui est riche ou celui qui a un revenu élevé. "Je ne suis pas riche, donc je ne suis pas privilégiée" nous dit-elle.
Cette vision du privilégié constitue un détournement de sens tout à fait révélateur de la morale socialiste qui domine notre société.

Car un privilège ne mesure ni une accumulation de biens ni un revenu, un privilège c'est un droit qu'on accorde à certains et qu'on n'accorde pas à d'autres.

Lire la suite...

vendredi, 26 oct. 2007

David Poryngier votera « Gauche Libérale »

Pourquoi je soutiens « Gauche Libérale »

Quand Edouard m’a proposé il y a deux ans de fonder à ses côtés Alternative Libérale et de prendre en main la communication du parti, il était clair que nous n’allions pas créer un nouveau parti de droite sur le modèle de Démocratie Libérale. Au contraire, il s’agissait de tirer les leçons des impasses du passé et de fonder un mouvement d’un type nouveau, déterminé à transformer l’image que les Français se font du libéralisme.

J’avais adhéré un an plus tôt à Liberté Chérie, après avoir entendu Sabine sur une radio refuser le qualificatif de droite, saluer Bernard Kouchner et revendiquer la présence dans l’association de libéraux de gauche. C’est la première fois que j’entendais cette expression en France. Ayant un temps pensé m’engager, sans trop d’illusion, auprès des radicaux de gauche, c’est avec enthousiasme que je pris ma carte à LC et fit la connaissance de ce couple incroyable.

Mais cet enthousiasme devait être bientôt mis en difficulté. Ma déception fut grande devant le poujadisme et le simplisme de nombreux adhérents de Liberté Chérie, plus soucieux de casser du syndicaliste et de supprimer l’ISF que de libertés individuelles et de démocratie. Participant à une campagne téléphonique pour inviter les militants à participer à une manifestation anticastriste, je compris qu’il ne devait pas y avoir beaucoup de libéraux authentiques dans les fichiers de l’association, en tout cas fort peu qui se souciaient de la liberté des cubains. Enfin, la rencontre de plusieurs militants du FN lors de manifestations de Liberté Chérie vint à bout de ce qu’il restait de mon enthousiasme initial.

Je n’ai jamais tu mon étonnement et ma réprobation devant ces dérives, appelant sans relâche à une évolution du positionnement de l’association afin qu’elle revienne à ses principes fondateurs. C’est sur cette base qu’Edouard me proposa de participer à l’aventure AL et que je rendis ma carte à LC.

Deux ans de travail et un échec électoral plus tard, la tentation est forte pour certains de remettre en cause l’approche originale imaginée par les fondateurs, quitte à jeter le bébé avec l’eau du bain.

Ainsi, nous nous serions trop éloignés de la ligne « historique » du madelinisme, défendue par les associations libérales « historiques », nous aurions déstabilisé notre « électorat naturel » en prenant des positions radicales sur les libertés individuelles, nous aurions cédé à la social-démocratie en préférant Bayrou à Sarkozy, ou en ne succombant pas à l’anti-syndicalisme pavlovien.

Et tout ça, nous l’aurions fait dans l’espoir vain de parler à des électeurs fantômes, dont il serait acquit qu’ils ne sont pas libéraux, j’ai nommé les jeunes urbains.

Pourtant, la nouvelle génération des villes, qu’on appelle un peu vite bobos, est pétrie de valeurs humanistes, d’antiracisme, d’internationalisme, des lumières démocratiques de 1789 et de l’esprit libertaire hérité de mai 68. S’ils votent à gauche, c’est par générosité ou au nom de leurs libertés, certainement pas pour nationaliser les entreprises ou contester le libre-échange.

Ils savent l’impasse du socialisme, sont nés avec Internet et l’Europe sans frontières, n’ont jamais été syndiqués et ne connaissent du marxisme que l’effigie pop du « Che ». Leur boulot, c’est les stages payés au lance-pierre et un CDI au SMIC pour meilleur horizon. Ils ne misent pas un kopek sur leurs chances de toucher une retraite, sont lassés des contrôles d’identité à répétition et réfléchissent à s’exiler à Londres, Prague ou Barcelone, quelque part où « ça bouge ».

Lire la suite...

jeudi, 25 oct. 2007

Edouard Fillias soutient la motion Gauche Libérale

L'article sur le blog d'Edouard Fillias

Elections internes : GL, une liste qui ose

En ce moment, des élections internes battent leur plein au sein d'Alternative Libérale. Merci à tous les adhérents qui renouvellent ou à ceux qui rejoignent le parti pour y contribuer : vous avez raison de faire ce choix, ce parti est le votre. Nous sommes en train de construire une vraie démocratie interne, et pour en juger, il suffit d'observer la richesse des listes candidates au Bureau et au Conseil, le nombre et la qualité de nos échanges. Avec pour tous une seule ligne : construire un parti 100 % libéral. Je constate d'ailleurs qu'il y a assez peu de débat de fond sur le programme d'AL, qui fait la quasi unanimité : nos différences (qui ne sont pas toujours des divergences) portent surtout sur la stratégie à conduire et le positionnement politique.

Je tiens à saluer tous les candidats et toutes les listes. Bravo à tous d'oser vous engager dans cette élection. Je souhaitais évoquer les élections au sein du Parlement d'AL, le Conseil National. Chaque liste m'a intéressée. Les femmes libérales posent la question de la représentation des femmes en politique et des quotas, discutables, mis en place par la législation. Les libéraux européens nous rappelent que, désormais, l'Europe est notre horizon et le vrai terrain d'action politique de l'avenir. Et qui prépare les élections européennes, stratégiques, de 2009, où nous pouvons espérer un élu. Les compagnons libéraux ont le mérite de vouloir rapprocher les libéraux de Paris et de province : c'est vrai qu'il n'est pas facile de communiquer entre nous. Et les nouveaux libéraux ont un positionnement clair de droite, qui mérite d'être proposé car beaucoup s'y retrouveront.

Parmi toutes ces listes candidates au Conseil National, il y en a une que je trouve particulièrement courageuse : il s'agit, bien entendu, de Gauche Libérale. Courageuse et intelligente, voici pourquoi :

Lire la suite...

mercredi, 24 oct. 2007

Landry Thomazo vote Gauche Libérale

L'article sur le blog de Landry Thomazo

Pourquoi je vote Gauche Libérale

Je tiens à rassurer ma famille, mes amis, mes collègues, et tous ceux qui me connaissent : Non, ce n'est pas un coming-out : je n’ai pas encore sombré dans le socialisme !

Au contraire, je pense que le positionnement de la motion "Gauche Libérale" aux élections pour le bureau d'AL est le meilleur moyen de combattre le socialisme, et sa variante le nationalisme. Je n’ai pas changé d’idées.

Ce n'est pas non plus un vote sanction contre l'équipe d'AL sortante, sinon j'aurais choisi plutôt une autre liste. Il n’y a d’ailleurs pas de vrai divergence sur le fond avec les « Libéraux Authentiques », mais la « Gauche Libérale » a l’avantage de mettre les pieds dans le plat, et d’interpeller plus fortement les français et les média. Si nous ne voulons pas rester insignifiants, nous devons devenir plus provocateurs. (quitte à provoquer certains libéraux… mais ce n'est pas dirigé contre eux.)

Il s'agit d'un choix positif, enthousiaste, avec pour objectif d'éradiquer définitivement le socialisme de la vie politique française. Il est vrai que j'ai eu un a priori sceptique, devant ce repoussoir qu'est le mot "gauche". Mais cette stratégie présente une réelle Alternative (c'est dans ce sens que je conçois le terme "gauche"), s'opposant clairement à la droite socialiste de Nicolas Sarkozy.

Lire la suite...

mardi, 16 oct. 2007

La motion Gauche Libérale aux élections internes d'Alternative Libérale

Chers libéraux, membres d'Alternative Libérale

Militants du parti et libéraux dans l'âme nous avons souhaité présenter à vos suffrages cette liste dénommée Gauche Libérale.
Pourquoi cette liste ? Pourquoi accoler le mot gauche au mot libéral ? Quel est notre programme ? Quels sont nos buts en créant cette motion au sein d'un petit parti naissant ?

C'est à ces questions que la présente profession de foi va tenter de répondre.

Lire la suite...

samedi, 13 oct. 2007

Ferial Furon soutien la motion gauche libérale.

je suis heureuse de [...] vous annoncer mes candidatures aux élections internes d’AL.
J’ai en effet le plaisir et l’honneur de rejoindre deux listes, -          la « Gauche Libérale » pour l’élection du bureau (l’exécutif)
-          les « Femmes Libérales » pour celle du conseil national (le parlement).

Je porterai ainsi deux messages le 28 octobre prochain.

Lire la suite...

samedi, 6 oct. 2007

Le mariage civil

Tout le monde connaît ce stratagème vieux comme le monde : provoquer un problème, un accident, un désordre, ou simuler une agression pour ensuite apparaître comme un sauveur aux yeux de tous.
Le pompier qui met le feu pour ensuite l'éteindre, le séducteur qui sauve la femme convoitée d'une fausse agression perpétrée par des compères, etc.

L'État est probablement le plus habile et le plus inventif utilisateur de ce procédé.

L'État crée de toutes pièces des problèmes qu'il s'évertue ensuite de régler pour apparaître comme Le Sauveur. Ce faisant il crée un maximum d'autres problèmes qui viendront alimenter son fond de commerce de "problèmes à résoudre". Ses adorateurs n'y voient bien entendu que du feu.

Prenons le cas du mariage.

Lire la suite...

dimanche, 23 sept. 2007

Etonnant éditorial de Philippe Val pour Charlie Hebdo

[...]

Désormais, on n'a donc plus le choix qu'entre plusieurs types de droite :
- L'extrême droite, dont l'hostilité à l'Amérique, à la mondialisation, à Israël, le flirt avec l'islamisme et l'amour de l'authenticité locale fournissent un certain nombre de points communs avec l'extrême gauche.
- La droite au pouvoir, inutile de s'étendre puisqu'il suffit d'ouvrir la télé, la radio ou un journal pour entendre sa voix à tout moment.
- La droite modérée, ou gentille, incarnée par le PS royalisé.
- Et enfin l'extrême gauche, que son obsession antilibérale autorise de plein droit à figurer dans le cor­tège de la droite.
Car, et l'on est fatigué de le rappeler, la gauche est libérale. C'est son identité. C'est à ça qu'on la recon­naît. Dire que Sarkozy est un libéral, alors qu'il surpeuple les prisons, qu'il a voté contre le Packs, qu'il ins­taure des peines-planchers et des boucliers fiscaux qui ne libèrent que ceux qui sont les plus libres et qui emprisonnent les autres dans le crédit, est un non-sens. Il faut absolument récupérer ce mot de libéral, que la gauche s'est fait voler par la droite. Parler d'une gauche antilibérale, c'est aussi con que de dire que l'eau bout à zéro degré, ou qu'elle gèle à cent.
Car c'est à partir de ce mot que l'on peut commen­cer à tracer la frontière qui sépare et séparera tou­jours la droite et la gauche. Cette différenciation dont nous sommes veufs, qui manque si cruellement au débat politique d'aujourd'hui, cette incompatibilité qui a laissé la place à un vide intellectuel sidéral et sidé­rant, elles partent précisément de là, du libéralisme, que la droite, en trente ans, a laissé dans un état où l'on ne voudrait pas voir les toilettes de son pire ennemi.
[...]

Lire la suite...

mardi, 11 sept. 2007

Le mildiou durable

Le mildiou vient de donner une cruelle leçon aux producteurs bio.

Le temps chaud puis humide du début de saison a favorisé l'apparition de ce champignon ravageur sur les vignes, et chez les maraîchers. Impossible de traiter efficacement les récoltes avec les produits autorisés par la guilde bio. La bouillie bordelaise (sulfate de cuivre micronisé) qui est utilisée en agriculture bio est trop facilement lessivée par les pluies et ne possède tout au plus que des propriétés préventives.

Lire la suite...

samedi, 8 sept. 2007

Les grandes fortunes, un traditionnel sujet d'indignation

La première révolution française, la révolution libérale ne cherchait pas à obtenir une amélioration du sort du peuple par le partage des richesses. Les libéraux du XVIIIe et du XIXe siècle avaient bien compris que c'était par l'abolition des privilèges, des rentes, des corporations fermées et réservées que l'on pouvait améliorer le sort des plus démunis.

Lire la suite...

- page 8 de 11 -